Fermer

Togo-Israël : les liens se resserrent entre Faure Gnassingbé et Benyamin Netanyahou

Par Jeune Afrique

Le président togolais Faure Gnassingbé à l'investiture de son homologue nigérian, Muhammadu Buhari, le 29 mai 2015 à Abuja. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Pour la troisième fois en moins de deux mois, Faure Gnassingbé a revu Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, le 30 septembre à Jérusalem, à l’occasion des obsèques de Shimon Peres, auxquelles assistait aussi l’Ivoirien Alassane Ouattara.

Début août, lors de sa visite dans l’État hébreu, le président togolais avait, ainsi que ses hôtes, émis l’idée d’organiser un sommet Afrique-Israël au Togo en 2017. Souhait confirmé lors d’une deuxième rencontre entre les deux dirigeants, le 22 septembre, en marge de la 71e Assemblée générale de l’ONU.

« L’Afrique est en proie à des difficultés et Israël détient la clé pour l’aider », avait alors déclaré Faure Gnassingbé. Lomé veut s’affirmer en Afrique comme l’un des partenaires privilégiés de Tel-Aviv et bénéficier davantage encore de son expertise dans les domaines de la sécurité et, surtout, de l’agriculture.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici