Fermer

RD Congo : à Washington, la guerre des lobbys

Par Jeune Afrique

Barnabé Kikaya Bin Karubi (à dr.). © Foreign and Commonwealth Office / flickr creative commons

En délicatesse avec Washington, le pouvoir de Kinshasa tente de s’y refaire une réputation.

C’était la mission de Barnabé Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique du président Joseph Kabila, envoyé aux États-Unis en septembre. Le 2, il a signé, au nom de son pays, un contrat de 875 000 dollars pour s’attacher pendant cinq mois les services de BGR Group.

Ce cabinet de lobbying n’a toutefois pas pu empêcher le Trésor américain de geler les avoirs des généraux John Numbi et Gabriel Amisi Kumba. « Nous n’attendions pas que BGR inverse la tendance en si peu de temps, réagit le diplomate congolais. Mais il nous donne accès aux bons interlocuteurs. Jusque-là, les autorités américaines n’avaient qu’un son de cloche. »

Pour mémoire, l’opposant Moïse Katumbi emploie un cabinet rival, Akin Gump, depuis 2013 au moins, pour environ 30 000 dollars mensuels.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro