Fermer

Maroc – Hamid Chabat : « L’Istiqlal est l’alternative à la bipolarité »

Abdelhamid "Hamid" Chabat, secrétaire général de l'Istiqlal, se représente à Fès pour les législatives du 7 octobre 2016. © Alexandre Dupeyron pour JA

Hamid Chabat est secrétaire général de l'Istiqlal (60 députés). Objectif : 85 à 90 sièges et « créer la surprise ». Se sait indispensable à qui voudra gouverner – le PJD ou le PAM – à ses conditions

Jeune Afrique : L’Istiqlal a été partie prenante du gouvernement Benkirane pendant un an et demi, avant de claquer la porte. C’était la bonne décision ?

Hamid Chabat : Absolument. Le PJD ne respectait pas ses engagements. Depuis, M. Benkirane ne gouverne pas pour les Marocains mais pour son parti. Il est Premier ministre en semaine et opposant le week-end quand il se réunit avec ses militants. C’est inacceptable.

Votre parti présente des leaders salafistes « repentis » sur ses listes. N’est-ce pas risqué ?

Ces gens sont des salafistes nationalistes, des salafistes marocains. Ils n’ont rien à voir avec les salafistes wahhabites ou jihadistes. Daesh a lancé des fatwas contre eux et je suis moi-même menacé pour les avoir intégrés.

Où situez-vous l’Istiqlal sur l’échiquier politique ?

L’Istiqlal n’est ni de gauche ni de droite. C’est un parti national. Nous sommes l’alternative à la bipolarisation PAM-PJD et la solution aux problèmes de ce pays. Les Marocains ont la nostalgie des années 2007-2011, quand Abbas El Fassi était Premier ministre. Tout notre programme est fondé sur un seul mot : la karama, la « dignité ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici