Fermer

Algérie-Maroc : Brahimi et Youssoufi, artisans du rapprochement

Par Jeune Afrique

Lakhdar Brahimi (2e à g.) et Abderrahmane Youssoufi (à sa gauche), à Rabat, le 30 octobre 2015. © Rachid Tniouni

Comment sortir enfin de l’impasse dans laquelle sont enlisées depuis des lustres les relations entre l’Algérie et le Maroc ?

Deux personnalités très respectées dans leur propre pays – et proches de leurs chefs d’État respectifs –, le diplomate algérien Lakhdar Brahimi et l’ex-Premier ministre marocain Abderrahmane Youssoufi, y réfléchissent, ensemble et séparément.

L’idée – mettre entre parenthèses le conflit sur le Sahara afin de ranimer les rapports bilatéraux au sommet – n’est pas nouvelle, mais elle a ressurgi il y a un peu moins d’un an, à Rabat, en marge des cérémonies du cinquantième anniversaire de la disparition de Mehdi Ben Barka, auxquelles Lakhdar Brahimi a participé. Le principe d’une audience accordée à ce dernier par Mohammed VI a été décidé à cette occasion.

Fin août, le ton particulièrement chaleureux à l’égard de l’Algérie d’un passage du discours royal, lors de la commémoration de la révolution du roi et du peuple, dans lequel le souverain appelait au « renouvellement » de l’« engagement » et de la « solidarité sincère qui unit depuis toujours les peuples algérien et marocain », n’a pu qu’encourager Youssoufi et Brahimi, qui se connaissent et s’apprécient depuis longtemps, à persévérer dans leurs efforts. Reste que le casse-tête saharien n’est pas de ceux qui se laissent aisément escamoter.

Trois semaines avant de tendre la main à Alger, Mohammed VI avait jugé bon d’avertir « les adversaires du Maroc rendus enragés et fous furieux par le développement et l’essor que connaît le Sahara marocain » en ces termes : « Toutes les conspirations, masquées et dévoilées, ne réussiront pas à entamer notre détermination. »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici