Fermer

Mali : menaces sur la famille de Ahmad al-Mahdi, condamné pour la destruction des mausolées de Tombouctou

Par Jeune Afrique

Ahmad al-Faqi al-Mahdi, le 27 septembre 2016 à la Haye. © Bas Czerwinski/AP/SIPA

En coopérant avec le bureau du procureur de la CPI – autrement dit, en plaidant coupable et en livrant des informations sur les crimes commis en 2012 au Nord-Mali –, Ahmad al-Faqi al-Mahdi a obtenu une sentence clémente.

Le 27 septembre, il a été condamné à neuf ans de prison (il en encourait trente) pour avoir participé à la destruction de plusieurs mausolées à Tombouctou en juin-juillet 2012. Mais, selon l’un de ses avocats, ses proches auraient reçu des menaces.

Menaces

Sa femme et leurs trois enfants ont dû être exfiltrés il y a quelques mois (de Libye vraisemblablement) pour échapper à des représailles, et sont dans un lieu tenu secret. Son père, sa mère, ses frères et sœurs vivent, eux, toujours dans le Sud libyen, où les jihadistes se déplacent librement. « Il s’inquiète et aimerait qu’on assure leur sécurité », indique un proche. Mahdi appelle régulièrement son père pour prendre des nouvelles.

« Ceux avec qui il avait imposé la terreur ne veulent pas qu’il parle », indique une source sécuritaire au Mali. Les hommes d’Aqmi l’ont fait savoir à leur manière, en début d’année, en exigeant sa libération en échange de celle de la Suisse Béatrice Stockly, enlevée en janvier à Tombouctou. « Ce n’était pas forcément pour son bien, poursuit la même source. Il s’agissait avant tout de le faire taire. »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici