Fermer

Maroc : mode d’emploi des législatives 2016

Les 26 et 27 septembre. Dans les rues et au QG local, les équipes du PJD s’activent ! © Alexandre Dupeyron pour JA

Les législatives du 7 octobre se dérouleront selon un scrutin de liste à un tour, à la représentation proportionnelle et avec un seuil électoral de 3 % (nombre minimum de voix qu’un parti doit s’assurer afin d’accéder au Parlement).

Ce seuil a été édicté pour permettre à un maximum de partis politiques d’être représentés au sein de l’hémicycle, mais il risque de rendre difficile la constitution de majorités homogènes.

Nombre d’électeurs

15,7 millions de personnes se sont inscrites sur les listes électorales, sur une population totale de 34 millions de Marocains. 55 % de ces inscrits sont des hommes et 45 % des femmes.

Nombre de candidats

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, 1 410 listes ont été présentées à la veille de la campagne électorale pour un total de 6 992 candidats.

Nombre de sièges

Sur les 395 sièges que se partageront les futurs députés, 305 seront répartis entre 92 circonscriptions locales. Les 90 qui restent seront réservés à une liste nationale de femmes (60 sièges) et de jeunes de moins de 40 ans (30 sièges).

Financement de la campagne électorale

Pour ces législatives, le gouvernement a prévu une subvention de 250 millions de dirhams (22,9 millions d’euros), distribuée par tranches à la trentaine de partis politiques en compétition. L’État a fixé un plafond de dépenses électorales de 500 000 dirhams (45 827 euros) pour chaque candidat, que ce dernier devra justifier auprès de la Cour des comptes à la fin de sa campagne.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici