Fermer

Côte d’Ivoire – Kandia Camara : fini la récréation

Kandia Camara veut rendre obligatoires et gratuits les cours du mercredi matin. © Global Partnership for Education - GPE ./ Flickr creative commons

La ministre ivoirienne de l’Éducation, Kandia Camara, a durci son bras de fer avec les syndicats qui menaçaient d’une grève contre sa réforme de l’école.

La teneur de l’échange n’est pas vraiment à la hauteur de sa fonction… Qu’importe, elle assume. Il faut dire que la dame est du genre « passionnel » ou « brut de décoffrage », comme s’accordent à le souligner ses collaborateurs comme ses détracteurs. Alors, lorsque certains syndicats d’enseignants ont menacé de décréter une grève contre l’une de ses réformes phares, la ministre ivoirienne de l’Éducation nationale, Kandia Camara, 57 ans, a vu rouge.

Intransigeante

Reprenant les termes de Mesmin Comoé, le secrétaire général du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (Midd), la ministre a déclaré, en conférence de presse : « Allez dire à Mesmin Comoé que si lui et des enseignants de son bord mènent une grève sauvage et illimitée, la riposte sera sauvage et inoubliable pour Mesmin Comoé et ses sbires. Écrivez-le noir sur blanc. Dites-lui que trop, c’est trop ! La récréation est terminée. […] S’il enclenche cette grève, ça va être sa dernière grève au ministère de l’Éducation nationale. »

Des propos qui ont provoqué une polémique et un véritable bras de fer par presse interposée entre les deux parties, le syndicaliste accusant notamment la ministre de scolariser ses enfants à l’étranger, tandis qu’elle dévoilait le salaire de l’enseignant et la marque de ses deux voitures, « une Mercedes Classe S et un 4×4 de fabrication américaine ».

L’objet de cette passe d’armes ? La réforme – une des nombreuses que cette baronne du Rassemblement des républicains (RDR, au pouvoir), ex-professeure d’anglais et ex-syndicaliste, a lancées depuis sa nomination à ce poste fin 2010 – qui vise à accroître le temps d’apprentissage à l’école en rendant obligatoires et gratuits les cours du mercredi matin dans les cycles primaire et secondaire. Objectif : apporter plus d’équité entre les quelque 3 millions d’écoliers ivoiriens, parmi lesquels beaucoup ne peuvent s’offrir des cours particuliers, qui ont souvent lieu le mercredi.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici