Fermer

Algérie : cette loi que n’aime pas Bouteflika

Par Jeune Afrique

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika. © AP/SIPA

La première mouture de l’avant-projet de loi de finances 2017 préparée par le gouvernement n’a pas été du goût d’Abdelaziz Bouteflika.

Selon des sources proches de la présidence, ce dernier a demandé à l’exécutif de revoir sa copie avant qu’elle ne passe en Conseil des ministres pour approbation.

À la lecture du texte, le chef de l’État s’est inquiété des nouvelles taxes et de la hausse des prix des produits de première nécessité (carburant, électricité, produits alimentaires…). Signe de cette inquiétude, la présidence a ajourné un Conseil des ministres restreint qui devait être consacré à l’examen de cet avant-projet.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro