Fermer

Denise Epoté Durand, Marie Roger Biloa et elizabeth Tchoungui : les amazones du PAF

Elizabeth Tchoungui, journaliste française, le 27 octobre 2015. © Jacques Brinon/AP/SIPA

Femmes, africaines et camerounaises, elles sont parvenues à crever l’écran !

Denise Epoté Durand, 61 ans, a été la première présentatrice du journal télévisé à la Cameroon Radio Télévision (CRTV) avant de rejoindre TV5 Monde dans les années 1990 – chaîne dont elle assure la direction Afrique. Maintenue à l’antenne cette année encore, son émission, « Et si vous me disiez toute la vérité », explore les coulisses des pouvoirs africains, faisant de cette fille de fonctionnaire des Finances, formée à l’école de journalisme de Yaoundé, une femme très introduite.

Elle aussi fille de haut fonctionnaire – son père, Germain Tsala Mekongo, fut en 1957 le tout premier secrétaire d’État à la Fonction publique du Cameroun – Marie Roger Biloa est une figure bien connue du microcosme de la presse panafricaine. Diplômée d’études germaniques à l’université Paris-IV, elle a été un temps journaliste à Jeune Afrique avant de devenir rédactrice en chef d’Africa International, un magazine à la publication irrégulière dont elle a pris la direction en 1991.

Comme elles, d’autres amazones camerounaises se sont taillé une place dans le paysage audiovisuel français. C’est le cas d’Elizabeth Tchoungui, 42 ans. Née à Washington d’un père diplomate camerounais et d’une mère française, elle a grandi à Yaoundé et séjourne encore régulièrement au Cameroun. Diplômée de l’École supérieure de journalisme de Lille et auteure de plusieurs romans, dont Je vous souhaite la pluie (Plon, 2005) et Bamako Climax (Plon, 2010), elle a fait des passages remarqués sur les antennes de France 5, France 2 et TV5 Monde.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici