Fermer

Adhésion du Maroc à l’UA : Rabat continue de faire pression pour obtenir l’exclusion du Polisario

Par Jeune Afrique

Des troupes du front Polisario défilent dans le village de Tifariti lors de la célébration du 35e anniversaire de la République arabe sahraouie démocratique, le 27 février 2011. © Arturo Rodriguez/AP/SIPA

En visite au Maroc du 12 au 15 septembre pour discuter de l’adhésion du royaume à l’Union africaine (UA), le Camerounais Roger Nkodo Dang, le président du Parlement panafricain, a rencontré un large panel de personnalités politiques.

Il a notamment échangé avec Abdelilah Benkirane, le chef du gouvernement, Nacer Bourita, le ministre délégué aux Affaires étrangères, Rachid Talbi Alami, le président du Parlement, Driss El Yazami, le président du Conseil consultatif des droits de l’homme, Kallihenna Ould Errachid, le président du Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (Corcas), et Ilyas El Omari, le secrétaire général du Parti Authenticité et Modernité (PAM, opposition).

En quête de soutiens pour obtenir l’exclusion du Polisario de l’UA, Rabat a « expliqué à Roger Nkodo Dang le bien-fondé de sa position, d’autant que son institution est appelée à jouer un vrai rôle législatif en vertu de l’accord signé à Malabo en 2014 », confie une source marocaine. Annoncé le 17 juillet à Kigali, le retour du Maroc se fera sans conditions, c’est-à-dire sans un retrait préalable du Polisario. « Nous allons continuer à faire pression pour obtenir sa suspension. Vingt-huit pays de l’UA ont déjà signé une motion en ce sens. La bataille continue », explique notre source.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici