Fermer

Séries TV : dans Insecure, Issa Rae tourne en dérision les communautés, toutes couleurs confondues

L’actrice Issa Rae, auteure et productrice de 31 ans, est née d’un père sénégalais et d’une mère originaire de la Louisiane. © Chris Pizzello/AP/SIPA

Dans Insecure, sa nouvelle série diffusée sur HBO, cette artiste africaine-américaine multicasquettes pourfend les clichés… avec le sourire.

«C’est assez sale en Afrique, non ? Vous montez sur les éléphants ? » Seule enfant noire dans son école du Maryland (nord-est des États-Unis), Issa Rae, née en 1985 d’un père sénégalais et d’une mère originaire de la Louisiane, payait cher ses origines africaines. Plus tard, scolarisée dans un établissement fréquenté par une forte majorité d’Africains-Américains, elle était surnommée « la blanche » parce qu’elle ne s’habillait ni ne se coiffait comme ses camarades.

Une gaffeuse à l’écran

Devenue l’une des actrices, auteures et productrices les plus en vue de Hollywood, elle a fait de la lutte contre les stéréotypes sa marque de fabrique. Grâce au succès de sa web série lancée en 2011, The Misadventures of Awkward Black Girl, où elle met en scène ses déboires de « femme noire maladroite », elle a attiré quelque 200 000 abonnés sur sa chaîne YouTube. C’est le début d’une ascension fulgurante. Le musicien Pharrell Williams fait appel à elle pour alimenter sa propre web série, et elle crée son site, www.issarae.com, pour diffuser le travail d’autres artistes (africains-américains principalement).

Mais elle a surtout réussi à séduire la chaîne HBO, connue pour ses séries à succès mettant en scène des jeunes femmes essentiellement blanches (Sex and the City, Girls, Veep…). À partir du 9 octobre, la nouvelle création d’Issa Rae, Insecure, va changer la donne et rétablir un peu l’équilibre. Lassée de se voir dicter sa conduite par les communautés, toutes couleurs confondues, elle dépeint avec brio et humour le quotidien d’une femme hantée par le doute, gaffeuse, à mille lieues de la strong black woman qu’on voit habituellement sur les écrans.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici