Fermer

Algérie : Islam Slimani, l’homme qui valait 35 millions d’euros

Face au Lesotho, que les Fennecs ont étrillé 6-0, le 4 septembre, à Blida. © EPA/MAX PPP

Il y a trois ans, Islam Slimani évoluait encore dans un club de la capitale. Aujourd’hui, il est le footballeur maghrébin le plus cher de l’Histoire. Itinéraire du buteur patenté de la sélection nationale.

Avec El Arabi Soudani, l’attaquant du Dinamo Zagreb né à Chlef, Islam Slimani, qui est désormais le footballeur maghrébin le plus cher de l’Histoire depuis son transfert du Sporting Portugal à Leicester City, le champion d’Angleterre, pour 35 millions d’euros, est l’autre exception de la sélection algérienne, laquelle a bouclé sa campagne de qualification pour la CAN 2017 par un large succès (6-0) face au Lesotho, le 4 septembre, à Blida.

Les deux hommes sont en effet les seuls internationaux évoluant en Europe à être nés en Algérie. Né en 1988, Slimani a quitté Alger, sa ville natale, en 2013 pour signer au Sporting Portugal, alors que son avenir semblait se dessiner au FC Nantes. Lié au Chabab Riadhi Belouizdad (CRB), l’attaquant avait réussi à se libérer en obtenant de la Fédération algérienne de football (FAF) qu’elle reconnaisse qu’une clause de son contrat n’avait pas été respectée.

« Mais des dirigeants du CRB ont tenté de récupérer de l’argent dans l’opération. Nantes a proposé de verser 150 000 euros au club. Le Sporting en a ajouté 100 000, et Slimani est parti au Portugal », se souvient un agent algérien.

Des qualités déjà remarquées

Cet épisode, qui avait provoqué la fureur des dirigeants nantais, a contribué à faire connaître Slimani à l’étranger, ses statistiques au CRB et ses premiers buts avec la sélection lui ayant déjà permis de se tailler une petite réputation sur la scène nationale. Après avoir fait ses débuts au WBAB Aïn Benian, petit club du quartier populaire où il a grandi, il est remarqué, puis recruté par la JSM Chéraga, où il touche son premier salaire : 25 000 dinars (environ 230 euros).

« Islam marquait déjà pas mal de buts. Je me souviens d’un garçon très travailleur. Il voulait se donner les moyens de réussir, car il vient d’un milieu modeste. Il n’avait pas de voiture à l’époque et prenait les transports en commun. Je lui avais dit que s’il continuait à bosser il pourrait se payer une auto, se souvient Farid Zemiti, aujourd’hui au RS Kouba et qui fut son entraîneur à Chéraga. Je savais que s’il persévérait dans cette voie il pourrait jouer au plus haut niveau, et pourquoi pas en Europe. »

Son transfert, en 2009, au prestigieux CRB pour 800 000 dinars, lui permet d’accélérer sa progression, sans trop s’éloigner des rues de son enfance. « Je l’ai entraîné pendant un an (2011-2012). Il avait des qualités, mais je n’étais pas totalement convaincu qu’il pourrait envisager un départ pour un grand club étranger, indique l’ancien international Djamel Menad, aujourd’hui à la tête du MC Alger. Il a su s’améliorer et s’est assez rapidement adapté à la Ligue 1. Il est devenu un buteur régulier, et l’Europe a commencé à s’intéresser à lui. C’est un garçon facile à gérer, qui ne pose pas de problèmes. Il est très pro, sait ce qu’il veut et a son caractère. »

Il est devenu le leader naturel de la sélection, tant par le jeu que par son attitude

Musulman pratiquant, il a, un soir d’août 2015, passé un savon à son coéquipier Marcelo, qui avait eu la mauvaise idée de lui verser du champagne sur la tête après la victoire en Supercoupe du Portugal face au Benfica, l’ennemi héréditaire lisboète.

« Il est devenu le leader naturel de la sélection [23 buts en 44 sélections], tant par le jeu que par son attitude. Islam est à mon avis l’un des meilleurs attaquants évoluant en Europe, et il a fait le bon choix en signant à Leicester City, qui va jouer la Ligue des champions », assure son coéquipier en sélection Mehdi Abeid (Dijon FCO). Depuis Alger, Farid Zemiti est persuadé que son ex-protégé, meilleur buteur africain d’Europe en 2016 avec 27 réalisations, s’imposera en Premier League : « La présence de Riyad Mahrez à ses côtés devrait lui faciliter les choses. »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici