Fermer

Arabie saoudite : retour sur les mesures de sécurité prises pour le pèlerinage de la Mecque

Des centaines de pèlerins priant à la mosquée de Namira le second jour du hajj le 11 septembre 2016. © Nariman El-Mofty/AP/SIPA

Il y a un an, le 24 septembre 2015, le hajj a été le théâtre d’une énorme bousculade, particulièrement meurtrière : 717 morts, selon un bilan des autorités saoudiennes qui n’a jamais été actualisé, 2 300 selon les décomptes des gouvernements étrangers. Jeune Afrique revient sur les mesures de sécurité prises cette année.

 

Avec 2 millions de pèlerins cette année, 18000 autocars sont prévus pour le transport des pèlerins tout le long du parcours du hajj. Pour la sécurité de ces derniers, de nouvelles mesures ont été prises afin d’assurer le bon déroulement de l’événement.

Ainsi, outre l’attribution d’un bracelet électronique de sécurité doté d’un GPS à chaque pèlerin, 100 000 agents de sécurité seront mobilisés, dont 17000 en intervention rapide et 3000 véhicules. 260 000 cadres médicaux et paramédicaux ont été mobilisés, en plus de 177 ambulances.

Autre nouveauté, les horaires de lapidation des stèles de Satan, un des moments les plus risqués du pèlerinage, ont été réduits afin de mieux maîtriser les flux. De plus, pour faire face aux cas de déshydratation, 18 millions de mètres cubes d’eau seront distribués aux pèlerins par la Compagnie nationale des eaux (National Water Company).

 

Avec 40 milliards de dollars attendus cette année, le hajj est aussi une importante source de revenus pour l’Arabie saoudite. Chaque pèlerin venant de l’étranger dépense en moyenne entre 3000 et 10 000 dollars.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici