À Abidjan, Africaine de Bourse et BNI Finances irritent leurs concurrents

Par Jeune Afrique

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en mars 2016. © Jacques Torregano pour J.A.

Selon les informations de "Jeune Afrique", les deux sociétés de gestion et d'intermédiation se sont arrogées la part du lion, dans une opération publique de vente, au grand dam de leurs concurrentes.

Les sociétés de gestion et d’intermédiation (SGI) de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan sont furieuses contre leurs consœurs Africaine de Bourse (filiale de la Société ivoirienne de banque, SIB, du groupe Attijariwafa Bank) et de BNI Finances (filiale de la Banque nationale d’investissement, un groupe public), a appris Jeune Afrique.

Équité

Menant l’opération publique de vente de 2 millions de titres de la SIB sur la Bourse le mois dernier, ces deux dernières s’en sont arrogé chacune 300 000, tout en plafonnant leurs concurrentes à 20 000.

Kadidiatou Fadika Coulibaly, la présidente de l’APSGI, l’association professionnelle rassemblant les 21 SGI de l’UEMOA, reconnaît le mécontentement provoqué, mais précise à Jeune Afrique qu’aucun texte de la BRVM n’oblige une SGI à jouer l’équité lors d’une telle opération.