Encore quelques réticences sur la nouvelle taxe de l’Union africaine

Par Jeune Afrique

Le logo de l'Union Africaine. © Evan Vucci/AP/SIPA

L’adoption des modalités de financement de l’UA par ses pays membres (les trois quarts de son budget dépendent aujourd’hui des bailleurs de fonds internationaux) a été l’une des décisions les plus importantes de son 27e sommet, du 10 au 18 juillet à Kigali.

La résolution prise par les chefs d’État sur la base des propositions faites par Donald Kaberuka, l’ancien président de la BAD, est d’introduire une nouvelle taxe de 0,2 % sur les importations dès la loi de finances pour 2017. Seuls trois pays y sont pour le moment réticents : l’Égypte, la Tunisie et Maurice. Les causes en sont davantage techniques que politiques.

« Des adaptations en fonction des spécificités locales seront nécessaires », relativise une source proche du dossier. Un comité de dix ministres des Finances doit désormais être constitué pour suivre la mise en application de ladite taxe, qui devrait rapporter 1,4 milliard d’euros l’année prochaine.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici