Tunisie : Béji Caïd Essebsi prépare de nouveaux changements

Par Jeune Afrique

Le président de la République tunisienne Béji Caïd Essebsi au Parlement suisse, à Bern, le 18 février 2016. © Peter Schneider/AP/SIPA

La mise en place d’un gouvernement d’union nationale ne lui suffit pas. Béji Caïd Essebsi (BCE) prépare de nouveaux changements. Tout d’abord, plusieurs de ses proches conseillers sont sur la sellette et devraient bientôt être remerciés.

Le président tunisien souhaite également voir ses prérogatives renforcées. Enfin (et surtout), il veut élargir la composition du Conseil national de sécurité – plusieurs sources indiquent qu’un projet de loi est en préparation. Le patron des renseignements généraux et le directeur des services techniques en feraient désormais partie, aux côtés du président de l’Assemblée, du chef du gouvernement, des ministres de la Justice, de la Défense nationale, de l’Intérieur et des Affaires étrangères, ainsi que du secrétaire d’État chargé des Affaires sécuritaires et de nombre de chefs sécuritaires et militaires.

Le directeur général de la Sûreté nationale (poste actuellement occupé par Abderrahmane Belhaj Ali) serait en revanche écarté de ce nouvel organigramme, qui, pour être définitif, devra avoir l’aval des députés et être conforme à la Constitution.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici