Revue littéraire : « IntranQu’îllités » fait l’éloge de l’insoumission

La revue littéraire « IntranQu’îllités » © Montage J.A.

« Carnet de débordement » et d’insoumission (Louis Hautefort), la revue littéraire « IntranQu’îllités » tisse numéro après numéro un monde de futurs possibles et de rencontres prometteuses, invitant à prendre des chemins de traverse pour « contrarier les certitudes et les idées reçues, et ainsi donner libre cours à tous les vents et les tremblements de l’esprit ».

Pour ce quatrième volet, qui se présente comme un « manifeste » multiforme et pluriel « pour un nouveau monde », le poète haïtien James Noël et sa compatriote plasticienne Pascale Monnin ont réuni autour d’eux, dans des textes inédits ou non, une pléiade de plumes engagées et engageantes (parmi lesquelles Rodney Saint-Éloi, Hemley Boum, Hubert Haddad, Ta-Nehisi Coates, Ananda Devi, Makenzy Orcel, René Depestre, Abdourahman Waberi, Nancy Huston, Gauz…) nous rappelant avec Mbougar Sarr qu’« il n’y a qu’une seule lutte humaine sérieuse ; la lutte pour être l’auteur de sa propre carte intérieure » et nous invitant à « refuse[r] que [notre] monde soit une cellule, [notre] couleur une geôle, [notre] histoire et [notre] culture, les seuls lieux possibles ».