Emprunts : comment le Togo a garanti son sukuk

Par Jeune Afrique

Lomé, le 3 janvier 2012. © David Bacon / Flickr creative commons

Pour lancer son emprunt sukuk de 150 milliards de F CFA (228,7 millions d’euros) le 20 juillet, l’État togolais a dû mettre en gage une partie de son patrimoine immobilier.

Dans une correspondance adressée à la société Taiba Titrisation, en sa qualité de société de gestion du Fonds commun de titrisation de créances (FCTC), et à la Banque islamique du Sénégal, dépositaire des actifs du FCTC, Sani Yaya, le ministre délégué du Budget du Togo, fait l’inventaire des biens de l’État qui serviront de garantie à l’opération : douze actifs de l’État, dont les sièges de Togo Telecom, de l’Office togolais des recettes, de la Loterie nationale togolaise ou encore de l’Union togolaise de banque. Guy Madjri, expert-comptable du cabinet Deloitte Togo, a été désigné commissaire aux comptes de cette opération.