Congo-Brazzaville : Total se retire du bloc Pointe-Noire Grands Fonds (PNGF)

Par Jeune Afrique

Terminal de Total à Djéno, au Congo-Brazzaville. © Antonin Borgeaud pour Jeune Afrique

Selon les informations de "Jeune Afrique", le géant français des hydrocarbures a décidé de se retirer de ce champ situé au large des côtes du Congo-Brazzaville.

Alors qu’il avait signé mi-2015 le renouvellement pour vingt ans de sa concession d’exploitation du champ offshore Pointe-Noire Grands Fonds (PNGF), Total, dont les activités d’exploration et de production sont pilotées en Afrique par Guy Maurice, est finalement revenu sur sa décision début juin 2016, a appris Jeune Afrique.

Pas de modèle économique trouvé

« Avec un cours du baril autour de 50 dollars (environ 44 euros), nous n’avons pas réussi à trouver un modèle économique pour ce projet de taille modeste, qui produit environ 12 500 barils par jour pour 15 à 20 millions de dollars d’investissement chaque année, fait valoir Guy Maurice. Prenant en compte notre implication sur le projet de Moho Nord, nécessitant près de 10 milliards de dollars, et qui entrera comme prévu en exploitation en 2017, les autorités se sont montrées compréhensives et ont accepté de reprendre le permis. »

Si aucun appel d’offres n’a encore été lancé pour PNGF, le groupe français Perenco, spécialisé dans l’optimisation de la production de gisements en fin de vie, et l’italien ENI, tous deux déjà présents au Congo, pourraient se porter candidats.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici