Ciment : vers la fin de l’arbitrage entre le français Vicat et le Sénégal

Par Jeune Afrique

De g. à dr. : Mamadou Mansour Seck, administrateur de la Sococim, Guy Sidos, patron de Vicat, et Boubacar Camara, président de Sococim, avec les présidents Macky Sall et François Hollande, le 30 décembre 2014, à Dakar. © DR

Selon les informations de "Jeune Afrique", la procédure d'arbitrage opposant le cimentier français Vicat, propriétaire de Sococim, à l'État du Sénégal est suspendue.

Cette décision, valable jusqu’au début de juillet, présage, selon les parties, de la fin du conflit ouvert en 2014 devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi).

D’après nos informations, l’initiative vient de Vicat (conseillé par Thierry Lauriol, du cabinet Jeantet) après l’annonce, notamment, de la création d’une autorité de régulation dans le secteur du ciment.

Le groupe français avait attaqué le Sénégal, conseillé par de nombreux avocats (Aïssata Tall Sall, François Meyer, Mohamed Kébé, Roland Ziadé), après l’implantation de son concurrent nigérian Dangote. L’arrêt de la procédure d’arbitrage permettrait à Dakar de mettre un terme à l’une des deux procédures menées contre lui, la seconde l’opposant à Bibo Bourgi.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici