Coups d’État et présidents rebelles

Idriss Déby Itno, le président tchadien en 2011. © Vincent Fournier pour J.A.

Différente du « coup d'État », la prise de pouvoir à la faveur d'une rébellion ou à l'issue d'une guerre civile est une option répandue en Afrique.

Quelques chefs d’État actuels en ont d’ailleurs été les acteurs. Ainsi le Tchadien Idriss Déby Itno , qui, à la tête du Mouvement patriotique du salut, a fini par renverser en 1990 son ancien frère d’armes, Hissène Habré (actuellement jugé à Dakar). Ou le Congolais Denis Sassou Nguesso, 72 ans, qui, après avoir été président de 1979 à 1992, a retrouvé son fauteuil en 1997, au terme de cinq mois de guerre civile.

L’Ougandais Yoweri Museveni a été plus patient, lui qui a pris le maquis pendant six ans, à la tête de l’Armée de résistance nationale (NRA), avant d’accéder au pouvoir en 1986. Tous les trois viennent d’être réélus « démocratiquement » à la tête de leur pays.

Dans les rangs de la NRA de Museveni, un certain Paul Kagame a fait ses armes avant de prendre la direction du Front patriotique rwandais. Après l’assassinat de Juvénal Habyarimana, en 1994, il a mis fin au génocide des Tutsis et s’est installé au pouvoir, qu’il n’a plus quitté depuis. À 58 ans, il est candidat à sa succession en 2017.

Avec respectivement dix ans et dix mois de présidence, les carrières des Centrafricains François Bozizé (tombeur d’Ange-Félix Patassé en 2003) et de Michel Djotodia (vainqueur de Bozizé en 2013) ont été plus courtes. Le premier, 69 ans, est en exil à Kampala, où lui rendent visite femme et enfants ; le second, 66 ans, coule des jours tranquilles dans sa villa de Cotonou, où il gère la fortune accumulée lorsqu’il était le chef de la rébellion Séléka.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici