Guinée-Bissau : Antonio Indjai, parrain déchu

António Indjai © AFP/STR

C'est un putschiste récidiviste qui n'a toutefois jamais cherché à exercer le pouvoir… si ce n'est au sein de l'armée.

En avril 2010, le général Antonio Indjai destitue pour quelques semaines le Premier ministre bissau-guinéen Carlos Gomes Junior (surnommé Kadogo). Une opération qui le propulse chef d’état-major dans ce pays où les militaires détiennent un véritable pouvoir parallèle.

Deux ans plus tard, Indjai interrompt l’élection présidentielle, craignant de voir Kadogo – à qui la victoire semble promise – réduire l’influence de l’armée. Le pouvoir est confié à un régime de transition dirigé par des civils, mais les bailleurs de fonds exigent la tenue d’élections, qui n’auront lieu qu’en 2014. Entre-temps, recherché par la justice américaine pour son implication dans un trafic de cocaïne, Indjai fait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Mais reste à la tête de l’état-major.

Lors de la présidentielle de 2014, la défaite de Nuno Gomes Nabiam, « son » candidat, face à José Mario Vaz a pu laisser craindre un troisième coup de force du général. Mais, devenu trop sulfureux pour les partenaires du pays, il a finalement été démis de ses fonctions. Peut-être contre une garantie d’impunité.