RD Congo : Étienne Tshisekedi, Monsieur Non

L'opposant congolais Étienne Tshisekedi, le 26 novembre 2011 à Kinshasa. © Gwenn Dubourthoumieu/J.A

De Mobutu à Kabila, depuis quatre décennies, l'ombrageux Étienne Tshisekedi tient tête à tous les pouvoirs, ce qui lui vaut une grande popularité. Âgé et malade, livrera-t-il son dernier combat lors de la présidentielle ?

Quarante ans. Voilà quarante ans qu’il tient tête aux chefs d’État qui se sont succédé aux commandes de la RD Congo. Aujourd’hui encore, Étienne Tshisekedi, 83 ans, reste persuadé qu’il est l’unique chef légitime du peuple congolais. Et refuse obstinément de reconnaître l’autorité de Joseph Kabila. Il a beau vivre depuis deux ans dans un petit immeuble de Woluwe-Saint-Pierre, une commune chic de Bruxelles, rien n’y fait : l’opposant historique croit dur comme fer en son destin.

À Kinshasa il est vrai, le « président », comme il aime se faire appeler par sa cour, continue à peser sur la vie politique. Dans les quartiers populaires, les derniers « parlementaires debout » l’attendent comme le messie. Guettant chaque jour les rares informations qui filtrent depuis la Belgique, ils s’interrogent sur les revirements de leur champion. Depuis un an, le moins que l’on puisse dire est qu’il les a multipliés…

Après des décennies de lutte, Tshisekedi avait en effet semblé lâcher prise en mai 2015. Il avait alors envoyé des émissaires entamer des négociations avec le gouvernement. Des réunions, censées rester secrètes, avaient été organisées à Venise ou à Ibiza, loin des yeux de la diaspora. Pour Joseph Kabila, un accord avec son irréductible opposant aurait représenté un joli coup politique.

« Quand il a appris que le camp présidentiel proposait des postes, il a flairé le piège et a tout arrêté », Félix Tshisekedi

Il lui aurait permis d’apaiser une rue toujours prête à s’enflammer, comme l’ont montré les émeutes de janvier 2015. Voire de négocier son maintien au pouvoir au-delà de son dernier mandat constitutionnel qui, en principe, doit s’achever à la fin de 2016. Si l’éternel opposant y consentait, qui, à Kinshasa ou en Occident, pourrait y trouver à redire ?

L’affaiblissement de Tshisekedi rendait cette ouverture possible. Victime d’un malaise (un AVC, selon certains proches), il avait été évacué de la capitale congolaise par avion médicalisé en août 2014. Depuis, il n’apparaissait plus que sur des vidéos. Celles-ci, hachées par des coupes nombreuses, ne rassuraient pas vraiment sur son état de santé. On doutait alors de sa capacité à prononcer un discours jusqu’au bout.

On murmurait que son entourage le manipulait et qu’il était prêt à brader l’image de l’icône vieillissante en échange d’une poignée de maroquins ministériels. Ces pourparlers avec le pouvoir s’étant vite ébruités, les « combattants » – les ultras de la diaspora -, dénonçant une trahison, commençaient à manifester à Bruxelles. « Nous étions en train d’y laisser des plumes », confie un cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti de Tshisekedi.

Et là, coup de théâtre : dans l’un de ces retournements dont il a le secret, le « vieux » suspend les négociations sans crier gare. « Ses proches en étaient à discuter de la répartition des postes, ironise un fin connaisseur de l’opposition, à Bruxelles. Même eux ont été surpris de son revirement. » « Quand il a appris que le camp présidentiel proposait des postes, il a flairé le piège et a tout arrêté », confirme son fils Félix.

Après des semaines de silence, le Sphinx finit par se prononcer. Pour dire non, encore une fois. « Le pouvoir s’est fait avoir, assure un ministre. On a cru pouvoir amadouer Tshisekedi. Mais il est incontrôlable. »

Ce caractère lui a peut-être coûté le pouvoir et l’a assurément privé d’alliances.

Et ensuite ? La situation se fige, jusqu’au 10 avril dernier : là, sous la pression internationale, le patron de l’UDPS accepte d’ouvrir de nouvelles discussions avec le pouvoir. Mais assorties de conditions telles que les chances d’aboutir à un accord demeurent très minces.

Pour le meilleur et pour le pire, l’octogénaire à la mine renfrognée refuse de changer de cap. Fidèle à lui-même : têtu comme une mule et imprévisible, même pour ses alliés. « Je crois avoir eu son oreille lorsque je le conseillais, témoigne Albert Moleka, son ancien directeur de cabinet. Mais personne ne peut se targuer d’avoir une influence totale sur lui. » Dans son entourage, qui lui est tout acquis, il reste ce patriarche luba que personne n’ose contester. « S’il était au pouvoir, je crois qu’il serait plus autoritaire encore que Kabila », assure un visiteur régulier.

Ce tempérament volcanique lui vaut, aussi, son exceptionnelle popularité. Dans une classe politique où tant ont renoncé à leurs idéaux pour un poste, il est le seul à n’avoir jamais collaboré avec le régime Kabila. Mais ce caractère lui a peut-être coûté le pouvoir. Et l’a assurément privé d’alliances. Car avec le reste de l’opposition aussi, Tshisekedi souffle le chaud et le froid. Ces derniers mois, c’était avec le Front citoyen 2016, cette coalition de l’opposition et de la société civile formée pour obtenir le départ de Kabila. Félix Tshisekedi était présent à Dakar, en décembre 2015, lors de son lancement.

Jusqu’à présent pourtant, l’UDPS n’a signé aucun accord. Son leader « n’a pas confiance dans certains opposants, explique un cadre du Front. Il veut s’assurer que personne n’a l’ascendant. En même temps, il demande à bénéficier d’un statut particulier… » Exiger pour lui-même ce qu’il refuse aux autres ? L’ego de Tshisekedi est tout aussi légendaire que son obstination. « Sa conception du pouvoir est celle de sa génération, celle de Mobutu, assure un compagnon de route. Pour lui, le pouvoir ne se partage pas. »

De  brefs débuts en politique avec Mobutu

Avant sa rupture avec le « maréchal-président », Tshisekedi a été l’un de ses plus proches collaborateurs. Après le coup d’État mobutiste de 1960, il entre dans son premier gouvernement, celui des commissaires spéciaux, qui traque Patrice Lumumba, le héros de l’indépendance, puis le remet à ses assassins. Tshisekedi est alors étudiant à l’université Lovanium, à Kinshasa. À 27 ans, le jeune Kasaïen voit dans l’indépendance une promesse d’ascension rapide. D’autant que l’éducation que lui a dispensée son père, Alexis Mulumba, catéchiste, lui a permis de s’extraire d’un milieu plutôt modeste. Il sera l’un des premiers Congolais à obtenir un diplôme de droit, en 1961. Cela explique peut-être qu’il se montre aussi pointilleux sur les textes et les procédures.

Avec le second coup d’État de Mobutu, en 1965, Tshisekedi se voit attribuer de nouvelles responsabilités. Il est nommé au très stratégique ministère de l’Intérieur. L’une des pages les plus sombres du mobutisme s’écrit sous son autorité, celle des « martyrs de la Pentecôte ». Accusés de complot contre le régime, quatre responsables politiques ont les yeux crevés, puis sont pendus dans le grand stade de Kinshasa, le 1er juin 1966.

La terreur qui s’empare alors du pays permet d’asseoir la dictature. La carrière de Tshisekedi, elle, se poursuit à vive allure. En 1967, il est l’un des rédacteurs de la Constitution et du manifeste de la Nsele, l’acte fondateur du parti unique. Deux ans plus tard, il est nommé ambassadeur au Maroc. Il tiendra à peine plus d’un an. « Il s’exprime très franchement, commente son fils Félix. Je crois qu’il n’était pas fait pour la diplomatie… »

La rupture avec Mobutu ne survient qu’en 1980. Dans une lettre ouverte, qu’il signe avec douze autres parlementaires, il a alors l’audace de dénoncer les dérives du régime. Deux ans plus tard, il participe à la création de l’UDPS, dans la clandestinité. Pourquoi entre-t-il en rébellion ? « C’est une histoire de femmes », assure un bon connaisseur de l’ancien régime.

Mobutu avait en effet pour habitude d’humilier ses collaborateurs en leur volant leurs compagnes. « Propagande ! balaie Félix Tshisekedi. La rupture est née du massacre des mineurs sur le site diamantifère de Katekelayi, près de Mbujimayi, en 1979. Alors que le pouvoir essayait d’étouffer l’affaire, mon père et d’autres députés originaires de la région demandaient des comptes. »

Congo-star Kinshasa/archives J.A.

Le lieutenant général Mobutu( (au centre) vers 1966. A sa croite, Etienne Tshisekedi, son ministre de l'Intérieur © Congo-star Kinshasa/archives J.A.

Entre aura grandissante et bataille d’égo

Dans les années 1980, ses multiples incarcérations lui confèrent une aura sans égale, ce qu’il ne tarde pas à comprendre. « J’ai fait sa connaissance en 1988, explique le Dr Tharcisse Loseke, resté proche de lui depuis. J’étais chef du service de neurologie à la clinique universitaire de Kinshasa.

Il avait reçu un coup à la tête lors d’une manifestation réprimée par les services de sécurité. On l’a sorti de sa geôle pour que j’écrive un rapport le déclarant fou. J’ai refusé. Je voulais toutefois l’hospitaliser pour lui éviter la détention. Il m’a dit : « Non, en prison, je gêne davantage Mobutu. » »

En 1990, lorsque survient la conférence nationale instaurant le multipartisme, Tshisekedi, au faîte de sa gloire, est désigné chef de l’opposition et de la société civile. À partir de là, son histoire sera une suite d’occasions manquées. Mobutu consent à le nommer Premier ministre en octobre 1991 ? Au moment de signer sa prestation de serment, il raye d’un trait de plume toutes les dispositions qui le soumettent au chef de l’État.

Il est immédiatement révoqué. Ce scénario se répète au cours des années 1990. « Les Américains lui disaient : « Devenez Premier ministre, vous marginaliserez Mobutu progressivement », raconte un ancien conseiller. Son inconstance a fini par les lasser. »

Pendant ce temps, le pays sombre. Mais rien n’arrête la bataille d’ego qui l’oppose à Mobutu. Pas même l’invasion de la RD Congo, en 1996, par Laurent-Désiré Kabila, aidé du Rwanda et de l’Ouganda. Quand le rebelle chasse Mobutu et prend Kinshasa par les armes, Tshisekedi revendique à nouveau le pouvoir. Le vainqueur lui propose un tracteur pour aller cultiver ses champs…

« Personne ne contestait l’hégémonie de Tshisekedi »

Tandis que les mouvements armés se multiplient dans tout le pays, Tshisekedi se refuse à militariser son parti. C’est une constante chez lui : certes, ses partisans provoquent régulièrement des troubles en marge de leurs manifestations, mais jamais leur chef n’a tenté de s’emparer du pouvoir par la force. « Certains membres du parti avaient commencé à stocker des armes dans le Kasaï, explique un ancien proche. Tshisekedi a menacé de démissionner pour s’opposer à cette option. »

En 2006, pour solder un conflit interminable, la première présidentielle multipartite de l’histoire de la RD Congo est enfin organisée, sous l’égide de la communauté internationale. À « seulement » 73 ans, l’opposant ne tente pas sa chance et appelle au boycott, convaincu que les chancelleries occidentales ont déjà adoubé le fils de Laurent-Désiré Kabila, Joseph, qui lui a succédé à sa mort, en 2001. Une erreur, selon de nombreux observateurs, qui prive Tshisekedi de ressources et d’influence.

Lors du scrutin de 2011, il change de stratégie. Quand tout le monde le dit trop âgé et malade, il revient au pays après un long séjour à Bruxelles. « On ignore ce que ses médecins lui ont donné, mais il nous a surpris en faisant campagne », confie un diplomate européen alors en poste à Kinshasa. Sauf que le pouvoir a changé les règles du jeu : l’élection n’a qu’un tour, ce qui oblige l’opposition à se rassembler pour avoir une chance de l’emporter.

« Personne ne contestait l’hégémonie de Tshisekedi, explique un conseiller qui a participé aux pourparlers avec les autres candidats, Léon Kengo wa Dondo et Vital Kamerhe. Ils étaient prêts à se rallier, mais ils voulaient une négociation, des postes… Tshisekedi ne leur a offert aucune garantie. » Son intransigeance l’a peut-être privé d’un raz de marée électoral…

Malgré cela, il réalise de très loin le premier score de l’opposition : 32,33 %, selon les chiffres officiels. Il serait même le véritable vainqueur du scrutin, laisse entendre Laurent Monsengwo, le cardinal de Kinshasa, qui le tient pourtant en piètre estime. Tshisekedi, lui, en est convaincu. « Je vous demande, à tous, de rechercher ce monsieur [Kabila] partout où il est sur le territoire national et de me l’amener ici vivant », lance-t-il depuis sa résidence de Limete, à Kinshasa. Le verbe est virulent ; la stratégie, absente.

Sans véritables relais dans le système sécuritaire, les cercles du pouvoir ou les ambassades, il n’a pour lui que la ferveur de ses partisans. Il ne veut pas, non plus, exercer d’influence au Parlement. Lorsqu’il interdit à ses députés de siéger, leur chef de file, Samy Badibanga, n’obtempère pas. C’est la rupture. « Certains députés avaient vendu des biens pour financer leur campagne. Ils ont été élus, et on leur refusait le droit de percevoir leurs indemnités. C’était très dur à accepter », concède un proche de Tshisekedi.

Que peut-il encore espérer aujourd’hui ? Pour la énième fois, son entourage annonce son retour imminent à Kinshasa. Ce serait pour début mai, et une « équipe d’avance » est déjà sur place. L’accueil qui lui sera réservé dira s’il est toujours aussi populaire. Car son parti n’avait pas vu venir les émeutes de janvier 2015 et se montre incapable, depuis, d’organiser une manifestation conséquente.

La répression s’abat davantage sur les mouvements citoyens, signe que le pouvoir craint beaucoup moins l’UDPS… ou qu’il la ménage. « Il y a deux strates dans le soutien à Étienne Tshisekedi, se rassure son fils Félix. Les militants du parti, et les sympathisants. Ces derniers ne se mobilisent que dans des moments très particuliers, comme les élections, mais ils restent très nombreux. »

Tout dépendra, surtout, de la santé du patriarche. « Son médecin lui interdit pour l’instant les efforts intellectuels intenses », explique son entourage pour justifier ses refus d’entretien. Un argument surprenant pour qui prétend diriger un pays de plus de 70 millions d’habitants. « Je crois plutôt que le Sphinx n’a pas encore décidé de parler, affirme une source qui l’a vu à plusieurs reprises ces derniers mois. Il a parfois des absences et se fatigue très vite. J’ai toutefois pu avoir une discussion de plus d’une heure avec lui. Il était lucide, tenait des propos cohérents et pouvait se déplacer sans aide. »

Laurent Rebours/AP/SIPA

Avec ses supporters à Kinshasa © Laurent Rebours/AP/SIPA

« Il veut rentrer à Kinshasa dès que possible, assure Tharcisse Loseke. À Bruxelles, il s’ennuie. » Son quotidien se partage entre séances de kinésithérapie, un peu de marche et des matinées devant la télévision. Signe que son état s’améliore, il reçoit de plus en plus. À son domicile pour les intimes, parmi lesquels Raphaël Katebe Katoto, le frère aîné de Moïse Katumbi, autre poids lourd de l’opposition. Dans les hôtels Montgomery ou Marriott pour les entretiens plus formels, comme récemment avec Moïse Katumbi ou Tom Perriello, l’envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs.

On reste loin, toutefois, de l’intensité d’une campagne dans un pays aussi vaste et dépourvu d’infrastructures que la RD Congo. Le report probable de la présidentielle, théoriquement prévue pour novembre, pourrait ne pas lui déplaire : il lui éviterait de subir une nouvelle fois cette épreuve. Peut-être pense-t-il avoir plus de chances en surfant sur un certain vide constitutionnel.

Vers un dialogue…

Certes, il a récemment accepté de jouer le jeu du dialogue avec le pouvoir, sous la houlette du Togolais Edem Kodjo, le facilitateur de l’UA. Il a envoyé à Kinshasa son fils Félix, le secrétaire général du parti, Bruno Mavungu, et son adjoint Bruno Tshibala. Mais pour quel objectif ? Accepter le principe d’un report du scrutin ? Entrer dans un gouvernement d’union nationale ?

« Ces deux points sont des lignes rouges, répond Félix. Nous ne prendrons part à une transition que si Kabila quitte le pouvoir. » Difficile d’imaginer le camp présidentiel y consentir… Toutes les conditions sont donc réunies pour que ces négociations fassent à nouveau long feu.

Reste une dernière carte : le recours, en cas de vacance du pouvoir. Ce scénario, qui pourrait faire de Tshisekedi un président de transition jusqu’à l’organisation d’élections auxquelles il ne serait pas candidat, présenterait pour lui un double avantage : correspondre à son âge et à l’image qu’il a toujours voulu se donner, celle d’un combattant de la démocratie, remettant le pouvoir au peuple, au soir de sa vie.

 

Moïse Katumbi serait sans doute prêt à le soutenir dans cette aventure, qui aurait à ses yeux l’avantage de l’écarter de la course à la succession. Pour y parvenir, encore faut-il contraindre Joseph Kabila de quitter son fauteuil en décembre. Par la négociation, la diplomatie ou la force. Trois domaines dans lesquels Tshisekedi s’est rarement illustré…