Fermer

Sénégal : les plages en état d’alerte

Par Jeune Afrique

La plage de Saly au Sénégal est très fréquentée © Georges Gobet/AFP

Après l'attaque jihadiste contre la station balnéaire de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, les autorités sénégalaises vont renforcer le dispositif sécuritaire mis en place à proximité des plages fréquentées par les touristes étrangers.

De manière générale, si la sécurisation de Dakar a été sensiblement renforcée depuis l’attentat de Ouagadougou, le 15 janvier, celle des sites balnéaires laisse à désirer. Les mesures adoptées sont peu visibles, voire « minimales », estime un diplomate occidental. « Les plages étant désormais des cibles au même titre que les cafés, les restaurants ou les hôtels, nous avons adapté notre dispositif en conséquence », confie une source à la présidence.

« Il aurait été irresponsable de ne rien faire après l’attentat de Bassam », renchérit une source sécuritaire, qui précise que c’est la gendarmerie qui a été chargée d’assurer la sécurité des stations balnéaires, notamment celle de la Petite Côte, au sud de la capitale.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici