Tunisie : « Les banques publiques peuvent représenter un risque systémique »

par

Aymen Soufi est analyste financier chez AlphaMena.

La Bourse de Tunis © Ons Abid/J.A.

Malgré une performance positive moyenne de 44 % en 2015, les trois banques publiques cotées à la Bourse de Tunis - la Banque nationale agricole (BNA), la Banque de l'habitat (BH) et la Société tunisienne de banque (STB) - n'ont toujours pas retrouvé leur niveau d'avant la révolution. Et elles sont désormais moins solides que les banques privées cotées - Amen Bank, Attijari Bank et la Banque internationale arabe de Tunisie (Biat).

De fait, depuis 2011, les établissements publics ont subi plusieurs plans de recapitalisation, mais les provisions additionnelles imposées par la Banque centrale en 2013 ont pesé sur leurs ratios de solvabilité. Si elles avaient été en Europe, ces banques auraient été obligées d’augmenter leurs fonds propres et la STB aurait même fait faillite dès 2013. Dans ce contexte, elles peuvent représenter un risque systémique pour le pays.

Outre leur sous-capitalisation chronique depuis la révolution, les trois banques publiques souffrent d’autres maux. La qualité de leurs actifs n’a pas cessé de se détériorer avec l’augmentation des prêts non performants. Cela a provoqué une chute de leurs marges d’intérêt, qui n’ont toujours pas retrouvé leur niveau de 2011 malgré leur amélioration l’an dernier. Par ailleurs, les charges de personnel pèsent lourd, car les banques publiques ont en moyenne un effectif supérieur de 50 % à celui des banques privées.

Au total, depuis 2011, les cours des trois banques publiques ont perdu plus de 30 %, ce qui a engendré une destruction de valeur de 269,2 millions de dinars [environ 120 millions d’euros] pour les actionnaires, dont l’État. Pour 2016, nous restons très prudents et nous préférons miser sur les banques privées. »

Alphamena

Cours à la bourse de Tunis (base 100 en 2011) © Alphamena