Présidentielle au Niger : qui sont les principaux rivaux de Mahamadou Issoufou ?

Image174974.jpg © STEPHANE DE SAKUTIN/AFP

Début janvier, la Cour constitutionnelle a validé quinze candidatures pour un scrutin au cours duquel s'affronteront plusieurs ténors de la vie politique locale.

Vincent Fournier/J.A.

Hama Amadou, à Paris, le 15 septembre 2015, est l'un des accusés dans le procès du trafic d'enfants présumé. © Vincent Fournier/J.A.

Hama Amadou

Jusqu’à il y a quelques mois, l’ancien président de l’Assemblée nationale faisait figure de principal adversaire à Mahamadou Issoufou. Problème : mis en cause dans une affaire de trafic d’enfants, il est incarcéré depuis la mi-novembre à Filingué, à 180 km de Niamey. Empêché de faire campagne, il n’a toutefois pas renoncé à se présenter sous la bannière du Moden Fa Lumana – parti qu’il a créé en 2010 après avoir été écarté de la direction du MNSD, alors au pouvoir.

Originaire de l’ouest du pays, il fut Premier ministre à deux reprises (sous Mahamane Ousmane puis sous Mamadou Tandja). Lors du second tour de la présidentielle de 2011, il avait soutenu Issoufou face à Seyni Oumarou, avant de rejoindre les rangs de l’opposition, en 2013.

AFP

Seyni Oumarou © AFP

Seyni Oumarou

Originaire de la région de Tillabéri, dans l’Ouest, Seyni Oumarou est réputé pour sa discrétion et son sens du compromis. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans l’ombre de Hama puis dans celle de Mamadou Tandja. En 2009, quand Hama est écarté du MNSD, Seyni Oumarou lui succède à la tête du parti. En 2011, il mène une campagne habile en parvenant à se poser en héritier de Tandja tout en se démarquant du tazartché (« la continuité », en langue haoussa) et parvient à se hisser au second tour de la présidentielle. Aujourd’hui chef de file de l’opposition, il espère profiter de l’incarcération de Hama et rogner sur son électorat.

Page facebook de Mahamane Ousmane.

Mahamane Ousmane, ancien chef de l'État nigérien. © Page facebook de Mahamane Ousmane.

Mahamane Ousmane

Par deux fois, en 2004 et en 2009, l’ancien président est arrivé troisième à l’élection présidentielle. Et par deux fois, lui, « le faiseur de rois », a choisi de soutenir Tandja plutôt qu’Issoufou. En 2011, nouvelle déception : candidat pour le compte de la CDS-Rahama, il n’arrive qu’en quatrième position. Fort de son influence dans ses bastions historiques de Zinder (la ville dont il est originaire), de Maradi et de Diffa, il portera cette fois les couleurs du MNRD et affrontera dans les urnes trois de ses anciens Premiers ministres : Issoufou, Amadou Boubacar Cissé et Hama Amadou.

Stéphane De Sakutin/AFP

Amadou Boubacar Cisse © Stéphane De Sakutin/AFP

Amadou Boubacar Cissé

Ancien Premier ministre, plusieurs fois ministre et déjà candidat en 2011 (il avait soutenu Issoufou au second tour), Amadou Boubacar Cissé a quitté la coalition présidentielle en septembre 2015 en dénonçant « les volontés hégémoniques du pouvoir ». Économiste de formation, il est passé par la Banque mondiale et par la Banque islamique de développement et portera, à la prochaine élection, les couleurs de l’UDR-Tabbat.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici