De Beers et le Botswana une alliance taillée sur mesure

La Diamond Trading Company Botswana (DTCB) est une coentreprise créée à 50-50 par De Beers et l'État. © CHRIS RATLIFFE/GETTY IMAGES

Partenaire privilégié du pays, le diamantaire sud-africain a revu sa stratégie. Ses activités de tri et de négoce s'organisent désormais depuis la capitale, Gaborone. Et tout le monde y gagne.

Au beau milieu du bush botswanais, le building moderne en verre teinté se dresse comme un mirage. Ce bâtiment ultrasécurisé, situé à deux kilomètres de l’aéroport de Gaborone, abrite la plus grande richesse du Botswana : ses diamants. En 2006, le pays a décidé de construire son propre centre de tri pour ces cristaux de carbone pur extraits de ses quatre mines alors en activité : Jwaneng (le gisement le plus riche au monde), Orapa (le plus vaste et le plus ancien du Botswana, exploité depuis 1971), ainsi que deux autres plus modestes, Damtshaa (dont la fermeture a été annoncée fin 2015) et Letlhakane.

Au total, la production nationale représentait en 2014 plus de 24,2 millions de carats (ce qui la classait au deuxième rang mondial, derrière celle de la Russie) et 65 % de l’approvisionnement de la compagnie De Beers, partenaire privilégié du pays depuis son indépendance en 1966. Le groupe, né en Afrique du Sud, filiale d’Anglo American, est actionnaire à 50 % avec l’État de deux entreprises : Debswana, chargée de l’exploitation des quatre mines, et Diamond Trading Company Botswana (DTCB), fondée pour valoriser les diamants.

Un building sous haute-surveillance

Pour franchir les grilles de la DTCB, il faut montrer patte blanche. Chaque visiteur se fait scanner et fouiller dans un sas de sécurité ; il sera ensuite suivi en permanence par plus de 550 caméras, installées tout le long de l’itinéraire des diamants, mais aussi dans les bureaux des cadres, tous surveillés. Mieux vaut avoir prévenu longtemps à l’avance ses interlocuteurs de sa visite pour que le sacro-saint badge soit prêt. Sans ce sésame, impossible d’ouvrir la trentaine de portes sécurisées qui indiquent aux surveillants la position de chacun dans le bâtiment.

Au premier étage, on pénètre dans une immense salle de quelque 500 m2 à l’épaisse moquette bleue : le centre de tri et de valorisation des diamants. Plus de 230 trieurs – tous botswanais – y étudient en silence, penchés sur des loupes et des microscopes, des petits tas de diamants. « Chaque groupe de quatre trieurs reçoit une boîte en provenance de l’une des quatre mines botswanaises, qui contient autour de 7 200 carats de diamants bruts [non taillés], un carat pesant 0,2 g », explique doctement le chef trieur Kgosietsile Mosiman Ewapula, dans l’entreprise depuis vingt-trois ans. « Ils ont ensuite deux semaines pour les classer dans l’une des 250 catégories de diamants bruts instituées par De Beers en fonction des 4 C : carat [taille], clarté [transparence], couleur et coupe. »

Le tri prend du temps : pierre grise, blanche, bleue ou rose, petite ou grande, translucide ou plus opaque… Chaque diamant est étudié avec soin pour être classé dans la bonne catégorie. Tous les trieurs sont passés par la Diamond Academy, une formation maison de six mois organisée sur le site. Pas question de perdre un seul carat de cette manne, qui représente autour de 40 % du PIB du Botswana. « Chaque matin et chaque soir, tous les diamants en cours de tri sont pesés au milligramme près. Pas un trieur ne sort de la pièce s’il en manque un seul », précise Kgosietsile Mosiman Ewapula.

Le recrutement des « sightsolders« 

« Après le tri, nous sommes passés en 2011 à la seconde étape de notre programme de valorisation locale, avec la commercialisation de diamants depuis le Botswana », se félicite le Britannique Kevin Goodrem, vice-président de la valorisation à De Beers. Depuis quatre ans, en effet, les diamants bruts qui sortent du centre de tri ne sont plus expédiés à Londres, mais taillés et vendus sur place sous la supervision de 82 sightholders venus s’installer à Gaborone.

Ces derniers assurent en outre la formation de 92 Botswanais, qui dure de cinq à dix ans tant ce métier est complexe. Du temps où De Beers était en situation de quasi-monopole – du début du XXe siècle aux années 1970 -, ils organisaient les « vues » (sights en anglais), des rencontres au cours desquelles étaient présentés à une centaine de clients triés sur le volet des assortiments de diamants à prix fixe – à prendre ou à laisser.

Alors que le marché s’est libéralisé et que l’entreprise n’en maîtrise plus que 30 %, talonnée par son principal concurrent, le russe Alrosa, les sightholders de la compagnie gardent toujours un rôle crucial d’appréciation de la conjoncture et de fixation des prix, qu’ils réévaluent toutes les cinq semaines, même si leurs clients peuvent se fournir ailleurs.

« Chaque sightholder se spécialise sur un segment du marché défini par la nomenclature maison, qui compte 11 000 sous-catégories, des diamants taillés destinés à l’industrie, pour la découpe ou la gravure, et vendus autour de 30 centimes le carat, aux plus belles pierres de grande taille et de couleur rare, utilisées par la haute joaillerie, et dont le prix peut aller jusqu’à 1 million de dollars le carat », détaille Kevin Goodrem. Sachant que les 20 % des diamants les plus chers représentent 80 % de la valeur totale de la production.

 MARC SHOUL/PANOS-REA

Au centre de tri et de valorisation de la DTCB, les cristaux bruts sont examinés puis classés dans l'une des 250 catégories maison. © MARC SHOUL/PANOS-REA

« Désormais, précise le responsable, les diamants triés issus de nos mines botswanaises, mais aussi de toutes nos mines en Namibie, en Afrique du Sud et au Canada, arrivent ici en avion et sont commercialisés à partir de Gaborone. » Car si l’installation au Botswana des sightholders a été encouragée par les autorités du pays, soucieuses de remonter la chaîne de valeur et de favoriser l’emploi local, elle répond aussi et surtout à une logique économique, logistique et sécuritaire pour De Beers. « Il est nécessaire de rassembler tous nos diamants bruts en un seul lieu avant de les commercialiser, afin que chaque sightholder dispose de l’ensemble des pierres de son segment de marché, explique Kevin Goodrem. Chaque mine, et même chaque pays, a un profil spécifique : on n’y extrait pas en même quantité les différents types de diamants. »

Les deux tiers de la production provenant du Botswana, il était logique de choisir ce pays pour y rassembler les pierres : moins de trajets pour les diamants, c’est moins de dépenses, et un risque réduit de perte ou de vol. Le responsable de De Beers met également en avant les bonnes performances du pays en matière de gouvernance : placé au 31e rang mondial à l’Indice de perception de la corruption de Transparency International, il est le mieux classé du continent.

Pour tirer profit de cet avantage, le pays a développé sa propre filière de tailleurs de diamants, appuyée depuis 2008 par un programme financé par De Beers et le gouvernement. Vingt-deux entreprises botswanaises, homologuées par la compagnie, se sont installées à proximité de l’aéroport ou dans le centre de la capitale. Mais si les pierres sont commercialisées depuis Gaborone, les tailleurs de diamants botswanais n’en sont pas moins en concurrence avec le monde entier. Après avoir montré aux clients les pierres brutes, le sightholder a toute latitude pour choisir le tailleur le plus adapté.

Une conjoncture morose

Jadis dominé par Anvers, New York et Tel-Aviv, le secteur de la taille de diamants est aujourd’hui disséminé. Si les anciennes places ont gardé ce marché pour les diamants les plus rares, l’Inde, la Chine et le Vietnam occupent désormais celui des pierres les moins onéreuses. Les tailleurs de Gaborone sont plutôt bien positionnés sur les pierres de 5 à 10 carats destinés à la joaillerie, pour lesquelles le coût de la main-d’œuvre – plus élevé qu’en Asie – comptera pour une petite part de la valeur du diamant.

Mais ce segment ne représente pas une grande part de marché, et moins de 10 % des diamants de De Beers sont taillés dans la capitale botswanaise. « Avec la conjoncture morose actuelle, qui a vu les prix baisser de 17 % en un an, deux tailleurs ont dû mettre la clé sous la porte en 2015, même si d’autres candidats tentent de se faire une place dans ce secteur difficile », observe Kevin Goodrem.

Dans ce contexte, la diversification de l’économie botswanaise s’avère plus que jamais nécessaire. Si l’industrie diamantifère a permis aux secteurs des services, de la finance, des transports et de l’immobilier de décoller à Gaborone, beaucoup reste à faire dans le pays. Or la production des gisements est en baisse et leur exploitation plus coûteuse, notamment à cause des sécheresses de 2014 et de 2015 et de l’ancienneté des mines.

Le développement d’autres filières minières pourrait permettre de sortir de cette dépendance au diamant : le sous-sol du Botswana recèle en effet bien d’autres richesses, en particulier du cuivre, du fer, du charbon et de l’uranium. À condition d’améliorer les voies de communication et d’augmenter la production d’électricité nécessaire à leur exploitation. En octobre 2015, le président Ian Khama a fait un premier pas sur cette voie en annonçant que le pays allait puiser dans ses réserves de change pour investir dans les infrastructures et relancer l’économie.


UN SECTEUR QUI A PERDU SON ÉCLAT

La baisse de la demande en joaillerie (liée au ralentissement de la croissance en Chine) couplée à la hausse de la production des mines russes et des diamants de synthèse, utilisés essentiellement dans l’industrie, n’est pas sans conséquence sur le continent. En particulier au Botswana, où, fin 2015, De Beers a annoncé la fermeture de sa mine de Damtshaa et la baisse de la production du site d’Orapa pour les trois prochaines années.

Des décisions qui font suite à la vente par le leader du secteur de sa mine de Kimberley, en Afrique du Sud, exploitée depuis plus d’un siècle, et à la fermeture du site de Snap Lake, au Canada. La situation affecte aussi le secteur de la taille, notamment en Namibie, où neuf entreprises (sur treize) ont dû mettre la clé sous la porte l’an dernier. À plus long terme, les prix devraient néanmoins remonter puisque aucun gisement majeur n’a été découvert ces dernières années.

Lire les autres articles du dossier

«Mines : Botswana et Guinée tirent leur épingle du jeu»

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici