Fermer

Michaëlle Jean : « La Francophonie doit être partout où on ne l’attend pas »

Michaëlle Jean est à la tête de l'OIF © JACQUES TORREGANO POUR J.A.

Canadienne née en Haïti, la nouvelle secrétaire générale de l'OIF a officiellement pris ses fonctions il y a un an. Est-elle parvenue à relancer l'institution de l'avenue Bosquet, à Paris ? Premier bilan.

Portée à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) fin novembre 2014 lors du Sommet de Dakar, la canadienne Michaëlle Jean a pris officiellement ses fonctions le 5 janvier suivant, après une cérémonie de passation de pouvoirs avec l’ex-président sénégalais Abdou Diouf. Une nouvelle vie pour cette femme de 58 ans au parcours déjà riche et étonnant, du Port-au-Prince des sinistres Tontons Macoutes de François Duvalier, où elle est née, aux fastes de Rideau Hall, à Ottawa, où elle fut cinq ans durant la gouverneure générale d’un Canada qu’elle rejoignit à l’âge de 11 ans pour fuir la terrible dictature de Papa Doc. Exil, militantisme féministe, journalisme, politique… Et donc, ce nouveau chapitre à la tête de l’OIF.

Là encore, elle détonne : elle est la première femme et la première personnalité non africaine à occuper le secrétariat général de l’institution. Elle excelle dans l’art de la communication, déborde d’énergie, n’apprécie guère la langue de baobab, aime le contact direct, surtout avec ses « patrons » les chefs d’État, et entend réveiller la belle endormie de l’avenue Bosquet en la rendant plus visible dans les grands rendez-vous internationaux comme sur le terrain. Elle nous a reçus dans son bureau parisien pour répondre à nos interrogations concernant, entre autres, sa vision de la Francophonie, les moyens dont elle dispose, ses objectifs et leur concrétisation. Intarissable malgré les demandes réitérées de son staff de mettre fin à l’entretien (le Premier ministre malien attendait son audience), Michaëlle Jean a pris le temps qu’il fallait pour répondre à toutes nos questions.

Jeune Afrique : Vous avez pris vos fonctions à la tête de l’OIF il y a un an. La réalité de l’institution est-elle conforme à l’image que vous en aviez ?

Michaëlle Jean : Ce que je savais de l’institution et de ses forces est bien là. Mais ce que je souhaite à présent, c’est que la Francophonie puisse intervenir là où on ne l’attend pas. Pendant la campagne électorale, certaines pistes de réflexion avaient été évoquées, notamment en matière de lutte contre le terrorisme ou de ce qu’on appelle la Francophonie économique. Nous devons écouter ceux qui pensent que l’OIF se complaît dans le confort, qu’elle peine à faire autre chose que ce qu’elle a toujours fait. Pour elle, être où on ne l’attend pas, c’est avoir plus d’impact sur le cours des événements, proposer des solutions et, bien sûr, obtenir des résultats.

Justement, quels résultats concrets avez-vous obtenus ?

L’image de l’organisation, l’attrait qu’elle exerce à l’extérieur ont beaucoup évolué. Nous avons ainsi ratifié de nombreux accords de partenariat. Beaucoup de partenaires internationaux comptent désormais sur notre expertise et souhaitent travailler davantage avec nous. Nous sommes présents partout pour apporter notre écot et prendre la parole. À l’ONU, au Conseil de l’Europe, au sommet de l’Union européenne et de l’Union africaine sur la crise migratoire… S’agissant de cette dernière réunion, à Malte, notre présence a étonné certains. Mais nous représentons un espace qui comprend à la fois des pays de départ, des pays de transit, des pays de destination et des pays d’accueil. Nous sommes donc concernés au premier chef, et nous sommes en mesure de formuler des propositions claires pour agir à la source même du problème.

Nous avons par exemple lancé un premier programme de création d’emplois et de soutien à l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Le Canada a été le premier pays à apporter une contribution exceptionnelle. D’autres ont suivi : le Sénégal, le Gabon, le Niger, le Cameroun… D’autres encore y réfléchissent. Bref, l’idée fait son chemin. Nous sommes acteurs, nous voulons proposer un programme concret qui donne de l’espoir et des résultats. Au mois d’octobre, nous avons par ailleurs inauguré un Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation.

Nous avons des idées et nous les mettons en œuvre, dans tous les domaines

C’est important, parce que toutes les tourmentes que nous affrontons, sans exception, ne peuvent être surmontées que par le développement économique, humain, durable. Nous entendons également prendre toute notre part dans la lutte contre le réchauffement climatique. Nous disposons pour cela d’un outil formidable : l’Institut de la Francophonie pour le développement durable, qui a joué un rôle de pionnier dans la réflexion sur les questions énergétiques et a formé tous les négociateurs francophones présents au Bourget lors de la COP21. Nous avons des idées et nous les mettons en œuvre, dans tous les domaines.

Vous avez consacré une partie de votre campagne au thème de la Francophonie économique. Concrètement, qu’est-ce que ça signifie ?

Dans la feuille de route que j’ai reçue des chefs d’État et de gouvernement figure la mise en œuvre d’une stratégie économique pour l’ensemble de la Francophonie. Quand j’observe cet espace, je vois ses immenses potentialités. Reste à savoir comment les pays qui le composent pourront travailler ensemble à la mise en place de partenariats, d’accords de coopération, de synergies, de transferts de connaissances et de compétences, etc. Au Forum économique de la Francophonie, fin octobre, à Paris, nous avons mis en présence des hommes et des femmes d’affaires venus de tous les horizons : secteur privé, grandes institutions, secteur public… C’est un début, qu’il faudra évidemment prolonger, car ces lieux de rencontres et d’échanges sont primordiaux.

Un grand potentiel, sans doute, mais quels moyens pour l’exploiter ? Principaux bailleurs de l’OIF, la France et le Canada sont confrontés, comme nombre d’autres pays membres, à des difficultés économiques. Avez-vous trouvé d’autres sources de financement ?

Tous les pays jouent en ce moment la carte de l’austérité et s’efforcent de faire des économies. Certains, comme le Canada, mais il n’est pas le seul, parviennent à maintenir le montant de leur contribution statutaire, mais ce n’est pas, il est vrai, le cas de la France. Nous avançons, en revanche, s’agissant des contributions volontaires ou exceptionnelles allouées à des projets précis. Dans cette perspective, nous avons engagé des discussions avec, entre autres, des institutions financières comme la Banque mondiale ou la Banque africaine de développement.

Dans une interview qu’il nous a accordée en avril 2015, Clément Duhaime, l’ex-administrateur général, soulignait que le Qatar, qui est membre associé, n’avait pas réglé ses contributions statutaires. Où en est-on ?

Nous avançons dans la bonne direction, mais il a fallu lever un certain nombre d’incompréhensions. La Francophonie n’est pas une commodité. Mais dès le moment où l’on a repris la discussion avec eux, tout s’est bien passé. Nous allons aboutir à un règlement, dans tous les sens du terme.

Début juillet, l’OIF a placé le Burundi sous observation. Depuis, la situation ne cesse de se détériorer et devient très inquiétante. Envisagez-vous de suspendre ce pays ?

J’attends de voir ce que la commission politique va décider, mais il est vrai que les violences n’ont pas cessé, que l’insécurité demeure, que des dizaines de milliers de personnes sont poussées à l’exil. Des représentants d’institution, des leaders politiques se trouvent dans l’obligation de fuir, les sièges de médias sont saccagés, des journalistes contraints de se cacher. C’est extrêmement grave et préoccupant. Notre envoyé spécial, l’ancien président de la Confédération suisse Pascal Couchepin, continue de circuler dans la région des Grands Lacs et doit bientôt retourner au Burundi. Le dialogue doit impérativement reprendre.

Il est essentiel de respecter ce qui définit la gouvernance, et donc les Constitutions

Au Congo, un référendum vient d’autoriser le président Denis Sassou Nguesso à briguer un nouveau mandat. Idem au Rwanda pour Paul Kagamé. Avez-vous une position sur ces modifications constitutionnelles qui font aujourd’hui débat ?

Il est essentiel de respecter ce qui définit la gouvernance, et donc les Constitutions. Cela n’interdit pas de les réformer, mais à certaines conditions.

Lesquelles ?

Toute réforme engagée doit elle-même être constitutionnelle, c’est-à-dire prévue par la loi fondamentale. Ensuite, elle doit prendre en compte l’intérêt général. Enfin, la démarche et la procédure doivent être parfaitement transparentes et consensuelles. Si tel n’est pas le cas, on peut s’attendre à ce que la population dise « stop ! », comme on l’a vu au Burkina, par exemple.

Dans le cas du Congo et du Rwanda, ces principes vous semblent-ils respectés ?

Nous observons ce qui se passe dans ces pays – dialogue national, d’un côté ; plébiscite, de l’autre – et constatons que cela n’a rien à voir avec le Burundi ou le Burkina. Les citoyens de ces pays observent également les développements de la situation et se montrent vigilants.

Pascal Couchepin, votre envoyé spécial en RD Congo, a estimé que l’élection présidentielle pourrait se tenir dans les délais prévus par la Constitution, à un ou deux mois près. La perspective d’un « glissement » dans le temps des différents scrutins est pourtant bien réelle. Êtes-vous favorable à un compromis sur les délais constitutionnels ?

Attendons de voir comment les institutions du pays vont trancher cette question. Je remarque toutefois qu’il existe un dialogue entre pouvoir et opposition. Là encore, nous en sommes au stade de l’observation. Mais nous avons parallèlement un rôle de soutien technique aux institutions chargées d’organiser les élections.

En Afrique, l’année 2016 s’annonce électoralement chargée…

Douze pays organiseront une élection, nous allons en effet avoir du travail ! En 2015, nous avons apporté à plusieurs pays un soutien sous diverses formes : renforcement institutionnel, aide logistique, contribution à l’apaisement des relations entre les pouvoirs en place, les sociétés civiles, les médias, les classes politiques… Et nous allons continuer avec notre voix singulière, en essayant de toujours rassembler, de toujours faciliter le dialogue. C’est notre rôle et, jusqu’à présent, même dans les cas les plus complexes, cela a toujours porté ses fruits.

Le président Diouf entretenait une relation particulière avec les chefs d’État africains, auprès desquels il jouait parfois un rôle de médiateur de l’ombre. Souhaitez-vous faire de même ?

Je le fais déjà. Les chefs d’État ont placé leur confiance en moi, à Dakar, et nous sommes en contact direct et permanent.

Je crois que tout le monde a tiré fierté d’avoir, pour la première fois, porté une femme à la tête de l’organisation

Vous êtes la première femme élue à la tête de l’OIF. Cela change-t-il quelque chose ?

C’est vrai que ce n’est pas banal comme signal. Je crois que tout le monde a tiré fierté d’avoir, pour la première fois, porté une femme à la tête de l’organisation. Je l’ai senti même pendant la campagne. Le fait d’être une femme de combat, aussi, ça aide. Or c’est un ingrédient qui fait partie du quotidien des femmes, en général. Nous sommes en permanence dans le combat, petit ou grand, tous les jours.

Les francophones seront plus de 800 millions en 2050, la majorité d’entre eux en Afrique. Quel rapport entretenez-vous personnellement avec le continent ?

Je lui suis profondément attachée, nous sommes liés par l’Histoire. L’Afrique est pour moi le continent de tous les possibles. Un continent où une nouvelle génération se manifeste, forte, décomplexée, responsable, qui sait ce qu’elle veut et qui le dit. Ce n’est pas cependant sans susciter une certaine inquiétude : ces millions de jeunes qui, chaque année, arrivent sur le marché du travail mais sont victimes du chômage sous une forme endémique, potentiellement, c’est une poudrière. Cela participe de la crise migratoire. Et c’est un terreau fertile, l’actualité le démontre, pour tous les extrémistes.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro