Niger : Mahamadou Issoufou vers des élections apaisées ?

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, le 25 janvier 2015 à Alger. © Farouk Batiche

Dresser la liste des personnalités qui marqueront l’Afrique en cette année qui débute est un exercice périlleux, même si les élections, les crises dont l’épilogue se fait attendre ou les événements sportifs et culturels mettront certainement en avant des protagonistes bien connus. Jeune Afrique vous propose une liste non-exhaustive. Parmi eux, Mahamadou Issoufou, Président du Niger.

Le 21 février, Mahamadou Issoufou remettra son mandat en jeu dans un contexte politique très tendu. Ses détracteurs prédisent déjà le chaos s’il est vainqueur dès le premier tour. À leurs yeux, une telle victoire serait un hold-up électoral. Pour ses partisans, en revanche, elle serait le fruit de son bilan. Ces derniers portent à son actif la paix qui règne dans le pays en dépit de l’insécurité sévissant dans la région, l’accord sur l’uranium avec le groupe Areva, de nouvelles infrastructures, la hausse du pouvoir d’achat des ménages.

L’opposition, elle, fustige l’incarcération, arbitraire à ses yeux, de Hama Amadou, et reste sceptique sur la tentative de coup d’État présumé de mi-décembre qui a conduit à l’arrestation de plusieurs officiers. Surtout, elle a suspendu sa participation au comité d’audit du fichier électoral et réclame des experts internationaux. Le pari d’Issoufou sera donc d’aplanir les divergences pour garantir des élections apaisées, puis de maintenir la cohésion sociale s’il est réélu, ou de partir s’il est battu.

Lire les autres articles du dossier

«Ils feront l'Afrique en 2016»

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici