Algérie : Ramtane Lamamra, présidence en vue ?

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, avait convoqué dimanche l'ambassadeur de France à Alger pour protester. © AFP

Dresser la liste des personnalités qui marqueront l’Afrique en cette année qui débute est un exercice périlleux, même si les élections, les crises dont l’épilogue se fait attendre ou les événements sportifs et culturels mettront certainement en avant des protagonistes bien connus. Jeune Afrique vous propose une liste non-exhaustive. Parmi eux, Ramtane Lamamra, ministre algérien des Affaires étrangères.

Le ministre algérien des Affaires étrangères, 63 ans, pourrait jouer un rôle sur le continent en devenant début 2016 le président de la Commission de l’Union africaine (UA) à la place de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, si elle décidait d’écourter son mandat.

Naguère ambassadeur en Éthiopie et à Djibouti, représentant permanent auprès de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations unies, ou encore envoyé spécial de l’Union africaine au Liberia, ce polyglotte est un fin connaisseur du continent. Ce sont les Nigérians qui ont insisté auprès des Algériens pour que la candidature de Lamamra soit validée par la présidence. Nommé ministre des Affaires étrangères en septembre 2013, ce Kabyle serait remplacé par Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes.

Lire les autres articles du dossier

«Ils feront l'Afrique en 2016»