Guinée équatoriale : les Obiang, présidentielle et BMA au menu de 2016

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo à Abuja, au Nigeria, le 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Dresser la liste des personnalités qui marqueront l’Afrique en cette année qui débute est un exercice périlleux, même si les élections, les crises dont l’épilogue se fait attendre ou les événements sportifs et culturels mettront certainement en avant des protagonistes bien connus. Jeune Afrique vous propose une liste non-exhaustive. Parmi eux, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président de la Guinée équatoriale, et Teodoro Obiang Nguema Mangue, son fils.

Teodoro Obiang Nguema Mangue (dit Teodorín, photo de droite) devra encore attendre avant de briguer le fauteuil présidentiel de son père. Il y a en effet peu de chances que Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, 73 ans, perde l’élection de juin, à laquelle il est officiellement candidat depuis novembre et son investiture par le Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE). Néanmoins, Teodorín, actuellement deuxième vice-président, apparaît de plus en plus comme le dauphin de son père, au pouvoir depuis 1979. Son allocution lors de la 70e Assemblée générale de l’ONU, à New York, le 30 septembre, a été largement remarquée.

Alors que les observateurs s’attendaient à le voir diriger la campagne du patriarche, ce dernier en a finalement décidé autrement. Teodorín, 46 ans, aura la tâche de fédérer la jeunesse du pays, auprès de laquelle il sait se montrer généreux. Par ailleurs, l’affaire des « biens mal acquis », qui inquiète Teodorín et tourmente son père, devrait connaître un énième épisode dès janvier : la demande d’immunité du deuxième vice-président sera examinée par la Cour internationale de justice, après avoir été rejetée par la Cour de cassation de Paris le 15 décembre.

Lire les autres articles du dossier

«Ils feront l'Afrique en 2016»