Algérie : Ali Haddad, le patron des patrons regarde vers le Sud

Ali Haddad, président du FCE, le principal syndicat patronal algérien. © Anis / New press

Dresser la liste des personnalités qui marqueront l’Afrique en cette année qui débute est un exercice périlleux, même si les élections, les crises dont l’épilogue se fait attendre ou les événements sportifs et culturels mettront certainement en avant des protagonistes bien connus. "Jeune Afrique" vous propose une liste non-exhaustive. Parmi eux, Ali Haddad, président du FCE.

D’une discrétion quasi monastique, l’homme a pris de l’envergure depuis son élection en novembre 2014 à la présidence du Forum des chefs d’entreprises (FCE), principale organisation patronale algérienne. Proche du cercle présidentiel, ami de plusieurs membres du gouvernement, Haddad souhaite que les opérateurs économiques algériens se tournent davantage vers le sud du Sahara.

Son organisation prépare un sommet des chefs d’entreprise africains en octobre 2016 à Alger. PDG d’un groupe privé de BTP, propriétaire d’un groupe de presse (journaux et télé) et d’un club de football, Haddad, 50 ans, fait souvent l’objet de critiques de l’opposition, qui l’accuse d’être le chef de file des nouveaux oligarques d’Algérie.

Lire les autres articles du dossier

«Ils feront l'Afrique en 2016»

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici