Football : Tokyo Sexwale, l’outsider africain de la Fifa

Tokyo Sexwale, figure de la lutte contre l’apartheid et ex-ministre sud-africain de l’Habitat figure parmi les parties prenantes d'une co-entreprise minière soupçonnée de malversations. © Dan Balilty/AP/SIPA

Dresser la liste des personnalités qui marqueront l’Afrique en cette année qui débute est un exercice périlleux, même si les élections, les crises dont l’épilogue se fait attendre ou les événements sportifs et culturels mettront certainement en avant des protagonistes bien connus. Jeune Afrique vous propose une liste non-exhaustive. Parmi eux, Tokyo Sexwale, possible candidat à la présidence de la Fifa.

Avant la suspension de Michel Platini, à qui il est désormais interdit d’exercer une activité liée au football pendant les huit prochaines années, ce businessman et politique sud-africain n’avait que de très faibles chances d’accéder à la présidence de la Fifa. Le Français étant aujourd’hui a priori hors course, la cote de Mosima Gabriel « Tokyo » Sexwale, 62 ans, est légèrement remontée. Mais le flou entourant son programme et sa connaissance très relative du milieu du ballon rond constituent autant de handicaps.

Président de la commission chargée du développement du football en Palestine, membre du comité antiracisme et antidiscrimination de la Fifa, ce militant historique de l’ANC, qui a fréquenté les geôles de Robben Island avec Mandela, devra combler son manque d’expérience et de notoriété pour convaincre, à commencer par les nations africaines dont il pourrait espérer le soutien. Sa cote actuelle chez les bookmakers londoniens est de 25 contre 1, loin derrière le grand favori, le Bahreïni Salman, à 5 contre 1…

Lire les autres articles du dossier

«Ils feront l'Afrique en 2016»