Dossier

Cet article est issu du dossier «Togo : 5 ans pour tout changer»

Voir tout le sommaire
Tourisme

Hôtellerie : anciennes gloires et jeunes pousses se défient au Togo

L'hôtel du 2-Février et sa tour de 102 m de haut. © CHARLES PLACIDE POUR J.A.

De l'emblématique hôtel du 2-Février au Sarakawa, les anciens palaces de la capitale togolaise font une cure de jouvence. Mais se voient concurrencés par quelques petits nouveaux.

En nationalisant l’hôtel du 2-Février, en novembre 2014, et en concédant sa gestion pour trente ans au groupe mauricien Kalyan Hospitality Development (KHD) via sa filiale locale, KHD-Togo, l’État togolais (qui reste propriétaire de l’établissement) répondait à un double objectif : il souhaitait que ce palace mythique, qui faisait la fierté des Togolais, soit enfin rouvert, et voulait s’assurer du renforcement de la capacité d’hébergement de la capitale, dont l’ambition est de pouvoir accueillir de grands événements régionaux.

L’ancien palace a fait l’objet d’une réhabilitation complète, réalisée par le groupe de BTP sud-africain ZPC Hospitality, pour un investissement de plus de 45 milliards de F CFA (69 millions d’euros), dont 28 milliards ont été mobilisés par un pool bancaire piloté par la Banque ouest-africaine de développement. Désormais doté de 256 chambres, 64 appartements et de 3 600 m2 d’espaces de réunion, il devrait rouvrir ses portes en décembre, sous l’enseigne Radisson Blu du Rezidor Hotel Group.

Non loin de là, près du boulevard du Mono, l’Ibis Lomé-Centre, exploité par Accor, se refait lui aussi une beauté. « Des travaux d’embellissement de la façade sont en cours, toutefois nous ne prévoyons pas d’extension du nombre de chambres », explique Manoel Parrent, le directeur du marketing opérationnel et de la communication Afrique & océan Indien du groupe.

L’Hôtel du Golfe a rouvert mi-septembre après plus de deux ans de travaux. Agrandi, il compte désormais 33 chambres et arbore un restaurant-terrasse panoramique au quatrième étage

Sur le front de mer, boulevard du Mono, doté de 120 chambres et d’une piscine olympique, le Sarakawa, qui était exploité par Accor via son enseigne Mercure, a quant à lui été renationalisé mi-2014. Le ministère de l’Économie et des Finances a reçu plusieurs offres pour sa reprise, et, en attendant, en a confié la gestion à une équipe de direction et a commencé des travaux de modernisation.

À quelques rues du Sarakawa, sur l’avenue Sylvanus-Olympio, l’Hôtel du Golfe a rouvert mi-septembre après plus de deux ans de travaux. Agrandi, il compte désormais 33 chambres et arbore un restaurant-terrasse panoramique au quatrième étage, avec vue imprenable sur la marina, l’ancien wharf de Lomé et le grand marché voisin.

Plus au nord, lové dans une contre-allée du boulevard du 30-Août, le Mint Hotel a ouvert en juillet. Ce discret établissement de charme ne dispose pour le moment que d’une dizaine de chambres, mais son promoteur, William Sowah, compte en aménager 20 de plus. Enfin, si les travaux ne sont pas encore tout à fait finis, le groupe Onomo a inauguré son hôtel (127 chambres, boulevard du Mono) mi-septembre pour permettre à son personnel de se perfectionner en attendant l’accueil des clients début 2016.

Fermer

Je me connecte