Politique économique : les six atouts du président Buhari

Muhammadu Buhari © AFP

Afin de définir le cap à tenir pour que son pays puisse résister à la crise pétrolière, le président Muhammadu Buhari peut compter sur son entourage. Voici les six personnalités avec lesquelles il compte établir son programme économique.

Yemi Osinbajo, le vice-président

Ce chrétien évangélique de 58 ans originaire du Sud, appartenant à l’ethnie yorouba, est un expert reconnu du droit, qu’il a notamment étudié à la London School of Economics. Cet avocat d’affaires promeut une vision sociale de l’économie. Il est l’homme du président dans ce domaine.

Hamid Ali, le chef des douanes

Le responsable de l’équipe de campagne de Buhari a pris la tête des douanes. Non sans susciter la polémique – ce colonel a servi sous la dictature militaire de Sani Abacha dans les années 1990. Son poste est stratégique : non seulement les douanes sont la deuxième source de revenus de l’État, mais leur contribution pourrait tripler si elles étaient mieux gérées, selon le porte-parole de la présidence.

Kemi Adeosun, la financière

Formée à la comptabilité à Londres, elle y a débuté sa carrière, chez PwC notamment, avant de revenir au Nigeria. Entrée comme contrôleur financier chez Denham Management, un capital-investisseur spécialisé dans les mines, le pétrole et l’énergie, elle en devient rapidement directrice générale. Jusqu’ici commissaire aux Finances de l’État d’Ogun, elle est pressentie pour devenir ministre des Finances ou du Commerce et de l’Industrie.

Emmanuel Ibe Kachikwu, le « Monsieur Pétrole »

Cet ancien cadre d’ExxonMobil Africa apparaît comme l’un des hommes forts du système Buhari. À la tête de la compagnie publique pétrolière NNPC depuis août, il doit la débarrasser de la corruption et lui rendre sa crédibilité. Par souci de transparence, il a instauré une publication mensuelle des revenus (– 67 % en moins
d’un an). Il devrait aussi seconder le chef de l’État au ministère du Pétrole, en temps que « ministre junior ».

Amina J. Mohammed, l’experte du développement

À 54 ans, elle sera la spécialiste du développement au sein du gouvernement. Conseillère spéciale du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon sur les Objectifs du
millénaire post-2015, elle travaille sur cette thématique depuis plus de trente ans. Y compris dans son pays, où elle a conseillé deux anciens présidents, dont Goodluck Jonathan. Elle est ainsi l’une des figures de l’ancienne majorité passées dans le giron de Buhari. Ce dernier devrait lui confier le ministère de la Planification.

Babatunde Fashola, le plus populaire

Cet avocat de formation a été l’un des grands alliés de Buhari pendant la campagne ; il était chargé de son financement. Populaire, l’ancien gouverneur de l’État de Lagos (2007-2015) est crédité d’un bon bilan : les infrastructures ont été améliorées et la lutte contre le virus Ebola a été efficace. Celui qui affirmait vouloir se retirer de la politique après ses deux mandats est pressenti pour diriger un grand ministère comme les Infrastructures ou l’Économie.

SIPA, DR, AFP, Devra Berkowitz/UN photo, SIPA

Les six atouts du président © SIPA, DR, AFP, Devra Berkowitz/UN photo, SIPA