Centrafrique : repli différé pour les soldats français de Sangaris

Par Jeune Afrique

Soldats français à Bangui, en juin 2014. © JÉRÔME DELAY/AP/SIPA

La diminution progressive des soldats de la force Sangaris en Centrafrique a été revue en raison de la situation sécuritaire et du probable report des élections.

La France envisage toujours de réduire progressivement le nombre de ses soldats présents en Centrafrique, mais les violences qui ont secoué Bangui du 26 au 29 septembre ont contraint l’état-major des armées à corriger son chronogramme de repli de la force Sangaris (environ 900 hommes actuellement, contre 2 500 à la fin de 2013).

Initialement prévu en octobre, le passage à 600 hommes a été repoussé afin de « prendre en compte la réalité du terrain et le report probable des élections », explique une source sécuritaire française. Une décision qui devrait rassurer les États-Unis, fort mécontents de voir les soldats français quitter peu à peu la RCA.