Niger : Ibrahim Yacouba, ancien directeur de cabinet adjoint du président Issoufou

Ibrahim Yacouba © TAGAZA DJIBO POUR J.A.

Dans la majorité, dans l'opposition comme dans la société civile, qu'elles soient ou non candidates aux législatives ou à la présidentielle, certaines personnalités s'imposent. Leurs avis et leurs choix seront déterminants pour l'issue des prochains scrutins. Ibrahim Yacouba est le directeur de cabinet adjoint du président Issoufou.

Originaire de Marabi (Sud), contrôleur des douanes formé à l’École nationale d’administration (ENA) du Niger, puis au Centre de formation douanière (CFD) de Casablanca, au Maroc, Ibrahim Yacouba est l’une des personnalités de la scène syndicale les plus connues du pays. Militant altermondialiste, il a participé à la création de la Confédération démocratique des travailleurs du Niger (CDTN) et de la Coordination démocratique de la société civile nigérienne (CDSCN, qui s’est illustrée dans la lutte contre la vie chère au milieu des années 2000).

Il a dirigé le Réseau national dette et développement (RNDD) et fut secrétaire général du Syndicat national des agents des douanes du Niger (Snad) de 2003 jusqu’à sa nomination en tant que ministre des Transports, en avril 2012. Entre 2009 et 2012, Ibrahim Yacouba a par ailleurs dirigé la Fédération nigérienne de basketball, puis fut vice-président de celle de football. Depuis le remaniement d’août 2013, il était devenu directeur adjoint du cabinet du président de la République.

Considéré comme l’une des figures montante du PNDS-Tarayya, en délicatesse avec certains cadres du mouvement qui l’estiment trop impulsif et pas assez discipliné, il a cependant été exclu du parti présidentiel par son comité exécutif national le 23 août dernier et a par la suite démissionné de son poste à la présidence. Pas sûr que cela parvienne à freiner l’ascension de cet énergique et très médiatique quadra.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici