Société

Algérie : Cheikh Chemseddine Aldjazaïri, l’imam star

Cheikh Chemseddine Aldjazaïri, l'imam star. © Dailymotion

Adulé par les uns, honni par les autres, Cheikh Chemseddine Aldjazaïri, de son vrai nom Chemseddine Bouroubi, ne laisse personne indifférent.

Star incontestée parmi les téléprédicateurs, il est si populaire qu’il ne peut plus mettre un pied dehors sans être assailli par une nuée de fans qui veulent se faire photographier en sa compagnie. Comme une rock star. D’ailleurs, on le surnomme même Cheikh Chemssou ou Chemissou.

Des confidences biographiques livrées çà et là disent qu’il était un brillant élève, mais cela ne l’a guère empêché de passer le bac à cinq reprises, sans succès, avant de s’orienter vers le prêche et la religion. Disciple du cheikh Mohamed Rahou, il a passé l’essentiel de sa vie dans le quartier populaire de Belcourt, qui l’a vu naître. Il y occupe jusqu’à présent un modeste appartement au milieu de ses dix enfants et de ses deux femmes.

Ne pas lécher de la crème glacée dans la rue

Pour les besoins de son émission quotidienne et des différents forums et tribunes qu’il anime à travers journaux, radios et magazines, une quinzaine de jeunes filles sont chargées, dans un centre d’appels situé à Alger, de recevoir les e-mails, SMS, fax et lettres qui affluent de partout. Elles trient son courrier, lui préparent fiches, notes et mémos.

Les femmes sont les cibles privilégiées de ses fatwas : il leur conseille, entre autres, de s’abstenir de lécher de la crème glacée dans la rue, car le geste serait indécent et provocateur, ou d’éviter de sentir l’oignon quand leur mari rentre à la maison, la mémoire encore remplie de « toutes ces bombes qu’il a croisées dans la rue ».

Certaines de ses répliques sont devenues des blagues que l’on se raconte à table. Comme tout bon islamiste qui se respecte, la misogynie est toujours à portée de prêche. Si Chemseddine Bouroubi se positionne d’emblée contre le salafisme et le wahhabisme et pour un islam malékite dans la pure tradition algérienne, c’est son humour corrosif et son parler typiquement algérois qui font son succès.

Fermer

Je me connecte