Centrafrique : controverses préélectorales

Par Jeune Afrique

Alexandre-Ferdinand N'Guendet, à Bangui, le 13 janvier 2014. © Éric Feferberg/AFP

L'Autorité nationale des élections et le gouvernement ont fixé la date de l'élection présidentielle. Un calendrier loin de faire l'unanimité.

À Bangui, l’Autorité nationale des élections (ANE) et le gouvernement ont fixé au 18 octobre la date de l’élection présidentielle. Ce qui ne convient pas à tout le monde, et surtout pas à Alexandre-Ferdinand N’Guendet.

Le président du Conseil national de transition (CNT) s’est même fendu d’une lettre à la présidente, Catherine Samba-Panza (CSP), pour se plaindre du caractère peu consensuel et précipité de la démarche des autorités. La majorité des partis, qui craignent de n’être pas prêts à temps, sont sur la même longueur d’onde (certains invoquent aussi des problèmes de financement, ainsi que le caractère préoccupant de la situation sécuritaire).

À la présidence, l’attitude de N’Guendet, dont les relations avec CSP sont notoirement très mauvaises, ne passe pas. Et la décision prise le 30 juin par le CNT de s’opposer à la participation des réfugiés aux scrutins présidentiel et législatif, pas davantage.