Côte d’Ivoire : inculpations tous azimuts dans l’armée

Par Jeune Afrique

Entrée du camp militaire de Cocody, à Abidjan, en 2012. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

Qui sont les officiers de l'armée ivoirienne - depuis la crise postélectorale de 2010-2011, elle rassemble les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), favorables à Alassane Ouattara, et les ex-Forces de défense et de sécurité (FDS), pro-Gbagbo - récemment inculpés par la justice ivoirienne de crimes d'une extrême gravité ?

Côté FDS, on trouve notamment le général Georges Guiai Bi Poin, homme fort du système sécuritaire de Gbagbo et ancien patron du Centre de commandement des opérations de sécurité (Cecos). Inculpé de crimes économiques en août 2011, il avait été libéré quelques mois plus tard, sans procès.

Côté FRCI, huit chefs militaires ont été mis en examen, parmi lesquels Chérif Ousmane, dit Papa Guépard, ex-comzone du fief rebelle de Bouaké (Centre), qui, juste après la crise, avait été promu commandant en second du Groupe de sécurité du président de la République (GSPR). Charismatique et réputé proche de Ouattara, il joua un rôle capital dans la prise d’Abidjan en conquérant la commune de Yopougon au prix, selon plusieurs ONG, de graves exactions.

Losseni Fofana, dit « Loss », ex-comzone de Man (Ouest) et actuel chef de la Brigade de sécurisation de l’Ouest (BSO), et deux de ses hommes, le lieutenant Daouda Koné, dit « Konda », ancien chef militaire de Douékoué, et le lieutenant Eddie Medy, ancien chef du secteur de Danané, sont également inculpés.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici