Expansion panafricaine : l’avertissement d’Abdellatif Jouahri aux banques marocaines

Par Jeune Afrique

Abdellatif Jouahri, gouverneur de la Banque centrale marocaine. © DR

Les banques marocaines poursuivent leur expansion en Afrique subsaharienne, suscitant l'inquiétude de Bank al-Maghrib (BAM) quant au risque systémique. La Banque centrale du Maroc appelle également à la mise à niveau des filiales subsahariennes.

L’expansion rapide et soutenue des banques marocaines inquiète Bank Al-Maghrib (BAM). La banque centrale du royaume a réuni à la mi-mai les principaux dirigeants de BMCE Bank, Attijariwafa Bank et Banque Populaire pour évoquer leur présence dans 22 pays du continent.

Le gouverneur, Abdellatif Jouahri, leur a demandé de ralentir fortement leur politique de développement et de se concentrer sur la mise à niveau des filiales existantes. Par ailleurs, le gouverneur de la banque centrale leur a aussi suggéré, en attendant la publication prévue dans quelques semaines du programme d’évaluation du secteur financier par le FMI, d’éviter les annonces publiques.

Risque systémique

Un conseil qui perturbe notamment BMCE Bank, à l’offensive au Nigeria où elle avait proposé, à la mi-2014, 325 millions de dollars (239 millions d’euros) pour acquérir 100 % du capital d’Enterprise Bank. Soucieux de l’augmentation du risque systémique, BAM réalise depuis l’année dernière des missions conjointes avec la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Des filiales d’Attijariwafa Bank ou Bank of Africa (qui appartient à BMCE Bank), en Côte d’Ivoire et au Sénégal, ont ainsi été auditées conjointement par les deux organismes de surveillance.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici