mot cléRésultat par mot clé:constitution marocaine

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économique, social et environnemental (CESE), pour trouver des solutions aux nombreuses "disparités sociales" qui persistent dans le royaume.[...]

Maroc : les partisans de l'égalité hommes-femmes se mobilisent contre Benkirane

Maroc : les partisans de l'égalité hommes-femmes se mobilisent contre Benkirane

Suite aux déclarations polémiques du chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane (PJD, islamiste) sur la parité pourtant consacrée par la Constitution, des associations de défense des droits des femmes appellent à un rassemblement devant le siège du Parlement, à Rabat, ce mardi.[...]

Maroc : les juridictions militaires ne pourront plus poursuivre des civils

Maroc : les juridictions militaires ne pourront plus poursuivre des civils

Un projet de loi approuvé vendredi en conseil des ministres veut entériner la fin de la possibilité pour les juridictions militaires de poursuivre des civils. Un changement qui intervient après le procès très controversé en 2013 de 25 Sahraouis devant des tribunaux militaires.[...]

Maroc - Tunisie : deux Constitutions avant-gardistes

Thierry Rambaud est professeur de droit public à l'université Paris-Descartes et à Sciences-Po.[...]

Omar Bendjelloun : 'Il est urgent de revoir le code de procédure pénale' au Maroc

Omar Bendjelloun : "Il est urgent de revoir le code de procédure pénale" au Maroc

Omar Bendjelloun est avocat au barreau de Rabat. Il revient sur les problèmes de législation auxquels le Maroc est actuellement confronté.[...]

Maroc : les leçons d'une crise gouvernementale

Maroc : les leçons d'une crise gouvernementale

La rupture entre Abdelilah Benkirane et Hamid Chabat n'a pas provoqué de séisme politique. Preuve que la Constitution, promulguée il y a tout juste deux ans, a réussi son premier test.[...]

Maroc : un deuxième anniversaire en demi-teinte pour le Mouvement du 20 Février

Maroc : un deuxième anniversaire en demi-teinte pour le Mouvement du 20 Février

Le Mouvement du 20 Février, né il y a deux ans dans le sillage des révolutions arabes, continue de réclamer de profondes réformes politiques au Maroc. Marginalisé et en quête d'un second souffle, il compte sur le mécontentement social grandissant contre le gouvernement islamiste d'Abdelilah Benkirane.[...]

Maroc, l'alternance à pas feutrés

Un an après la nomination du gouvernement, le premier à partager l'exécutif depuis la révision de la Constitution, où en sont les réformes politiques économique et sociales ? SOMMAIRE : Édito, par François Soudan : On ne choisit pas ses voisins L'apprentissage du pouvoir Benkirane-Chabat, un duo bien singulier[...]

Maroc : le vaste chantier de la réorganisation des institutions

Maroc : le vaste chantier de la réorganisation des institutions

Pour que le système marocain et ses institutions soient effectivement réorganisés, des dizaines de textes devront être élaborés et approuvés d'ici à 2016.[...]

Maroc : Constitution An I

Maroc : Constitution An I

Adoptée le 1er juillet 2011, la nouvelle loi fondamentale promettait de changer en profondeur l'équilibre politique marocain. Il y a eu les législatives anticipées en novembre, la nomination du gouvernement d'Abdelilah Benkirane en janvier. Mais la plupart des textes organiques prévus n'ont pas encore été soumis au Parlement. Ils seront[...]

Maroc : vers une réglementation du droit de grève

Maroc : vers une réglementation du droit de grève

Les Marocains sont exaspérés par les mouvements sociaux qui paralysent régulièrement les services publics. Un contexte favorable pour le gouvernement Benkirane, qui souhaite  promulguer une loi organique réglementant le droit de grève.[...]

Affaire Amina Filali : comment modifier la législation marocaine ?

Affaire Amina Filali : comment modifier la législation marocaine ?

Depuis qu'Amina Filali, mariée de force à son violeur, s'est suicidée le 10 mars, son cas n'en finit pas d'alimenter le débat juridique au Maroc.[...]

Maroc : sit-in de femmes devant le parlement après suicide d'une adolescente violée

Maroc : sit-in de femmes devant le parlement après suicide d'une adolescente violée

Aux cris de "Nous sommes des Amina", "Halte aux violences contre les femmes", et "Abrogez la loi", quelque deux cents femmes étaient rassemblées samedi après-midi devant le parlement, après le suicide d'une adolescente contrainte d'épouser son violeur, a constaté l'AFP.[...]

Maroc : le suicide d'Amina Al Filali suscite un débat national sur le viol et le droit des femmes

Maroc : le suicide d'Amina Al Filali suscite un débat national sur le viol et le droit des femmes

Le suicide d'Amina Al Filali, une jeune Marocaine forcée d'épouser son violeur, a suscité un profond émoi dans le pays. Médias, blogosphère, politiques... La journée de jeudi a été marquée par un débat d'une ampleur sans précédent sur le viol et la place de la femme dans la société.[...]

Maroc : une jeune fille se suicide pour échapper au mariage avec son violeur

Maroc : une jeune fille se suicide pour échapper au mariage avec son violeur

Un tribunal de Larache a prononcé le mariage d'une Marocaine de 16 ans avec l'homme qui l'avait violée. Une décision rendue possible par la réconciliation des familles de la victime et du coupable. La jeune fille s'est suicidée.[...]

Maroc : Fouad Ali El Himma dans un cabinet royal XXL

Maroc : Fouad Ali El Himma dans un cabinet royal XXL

Depuis la réforme de la Constitution, le roi du Maroc Mohammed VI étoffe son équipe de conseillers. Fouad Ali El Himma apparaît comme la pièce centrale de ce dispositif.[...]

Maroc - Législatives : après la victoire du PJD, Benkirane vise la Primature

Maroc - Législatives : après la victoire du PJD, Benkirane vise la Primature

En remportant plus du quart des sièges de députés lors des législatives anticipées du 25 novembre, les islamistes marocains du PJD accèdent pour la première fois au pouvoir. Mais pour gouverner, leur secrétaire général Abdelilah Benkirane doit obligatoirement trouver un compromis avec d'autres partis, notamment l'Istiqlal et[...]

Législatives marocaines : des élections à deux inconnues

Législatives marocaines : des élections à deux inconnues

Quelque 13 millions de Marocains sont appelés aux urnes ce vendredi 25 novembre 2011 pour élire leurs représentants. Parmi les principaux enjeux de ces législatives anticipées, le score des différents partis en lice, bien-sûr, et notamment celui du Parti Justice et développement (PJD), mais aussi le taux de participation qui apportera ou[...]

Mohamed Tozy : au Maroc, 'le PJD voulait être le parti du roi !'

Mohamed Tozy : au Maroc, "le PJD voulait être le parti du roi !"

Quels sont les scénarios possibles pendant et après les élections législatives du 25 novembre au Maroc ? Le système et la classe politique changent-ils ou peuvent-ils faire semblant ? Le politologue marocain Mohamed Tozy nous livre son analyse.[...]

Législatives marocaines : de nouvelles règles du jeu pour les partis

Législatives marocaines : de nouvelles règles du jeu pour les partis

Fini le nomadisme, bonjour les pouvoirs… Avec la neuvième législature, parlementaires et partis politiques marocains vont étrenner un statut et des prérogatives revus et corrigés.[...]

Maroc : qui sera le prochain chef du gouvernement ?

Maroc : qui sera le prochain chef du gouvernement ?

Bientôt, le roi Mohammed VI ne gouvernera plus seul au Maroc. Après les élections législatives anticipées du 25 novembre, il lui faudra désigner un successeur à Abbas El Fassi.[...]

Maroc : des législatives historiques

Les législatives du 25 novembre au royaume du Maroc ont quelque chose d’historique pour une raison simple : elles sont les premières dans l’histoire de ce pays dont nul, à commencer par le pouvoir, ne saurait prévoir les résultats. Non pas que les précédentes, en 2007, aient été manipulées par le[...]

Maroc : pour les partis politiques, la règle du jeu se durcit

Maroc : pour les partis politiques, la règle du jeu se durcit

Les partis politiques sont la cause principale de la défiance des citoyens à l’égard des institutions. Mais la nouvelle Constitution de 2011 limite à présent leurs excès. Explications à quelques jours des élections législatives marocaines.[...]

Mezouar : 'Au Maroc, il n'y a pas d'opposition entre le roi et le chef du gouvernement'

Mezouar : "Au Maroc, il n'y a pas d'opposition entre le roi et le chef du gouvernement"

Dans son n°2653 en kiosques du 13 au 19 novembre, Jeune Afrique interroge Salaheddine Mezouar, à la veille des législatives prévues le 25 novembre. Le président du Rassemblement national des indépendants (RNI) et actuel ministre des Finances revient sur ses ambitions politiques et livre son interprétation de la réforme constitutionnelle[...]

Révision constitutionnelle : les Marocains appelés aux urnes

Révision constitutionnelle : les Marocains appelés aux urnes

Les Marocains sont appelés aux urnes ce vendredi pour adopter le projet de nouvelle Constitution. La victoire du "oui" fait peu de doute.[...]

Un nouveau 'super Premier ministre' marocain ?

Un nouveau "super Premier ministre" marocain ?

Le projet de réforme constitutionnelle marocain prévoirait notamment une réduction des prérogatives du roi au profit du chef du gouvernement. La langue berbère, la religion ou encore la justice sont quelques uns des domaines qui devraient connaître d’importantes évolutions.[...]

Des Marocaines veulent inscrire l'égalité homme-femme dans la Constitution

Des Marocaines veulent inscrire l'égalité homme-femme dans la Constitution

Les Marocaines veulent faire entendre leurs voix dans le concert de contestations du printemps arabe. Des associations féministes ont demandé que l'égalité homme-femme soit inscrite dans la Constitution, dans le cadre des réformes institutionnelles annoncées par Mohammed VI.[...]

Salaheddine Mezouar et les législatives marocaines de 2012

Président depuis janvier 2010 du Rassemblement national des indépendants, Salaheddine Mezouar, 57 ans, veut transformer ce parti de notables – première force de la Chambre des représentants avec son allié, le Parti Authenticité et Modernité – en formation politique moderne. Il entend attirer des jeunes et[...]

Maroc : nouvelle manifestation pacifique ce dimanche à Casablanca

Maroc : nouvelle manifestation pacifique ce dimanche à Casablanca

Plusieurs milliers de Marocains ont à nouveau défilé à Casablanca dimanche 3 avril pour réclamer des réformes politiques et sociales.[...]

Voir tous les dossiers
Flux RSS Jeune Afrique - Tenez-vous au courant des derniers articles publiés en souscrivant au fil d'information RSS de Jeune Afrique - En savoir plus