Contenu réalisé par

L’OCP School LAB, Former aux bonnes pratiques agricoles et analyser les sols pour augmenter les rendements des fermiers africains

En février 2017, un rapport de la FAO (Food and Agriculture Organization) sur l’insécurité alimentaire en Afrique subsaharienne faisait apparaître la nécessité « d’augmenter la productivité agricole, la production alimentaire et les efforts visant à promouvoir une certaine valeur ajoutée ».

Ainsi, et en complément du travail des pouvoirs publics et des institutions internationales dans le développement d’une agriculture durable et créatrice de valeur, des entreprises africaines s’engagent pour la croissance du secteur agricole africain et de l’économie du continent.

Une filiale du Groupe OCP, leader mondial dans l’industrie du phosphate, dédiée au développement agricole du continent africain

Parmi ces entreprises engagées, OCP Africa, créée en 2016, travaille à contribuer au développement d’une agriculture moderne et durable en Afrique. Elle s’applique notamment à favoriser la transformation d’une agriculture de subsistance vers une agriculture créatrice de valeur. OCP Africa s’engage à fournir aux fermiers africains des produits adaptés à leurs sols et cultures tout en s’assurant de transmettre les meilleures pratiques agricoles.

Couvrant 15 pays, OCP Africa et ses 9 filiales travaillent main dans la main avec les agriculteurs, notamment à travers la formation, les tests agronomiques, les analyses de sols et la recommandation des engrais les mieux adaptés. Cela leur permet ainsi d’augmenter leurs rendements et leurs revenus.

« La formation aux bonnes pratiques agricoles est essentielle pour le fermier qui est au cœur de la stratégie d’OCP Africa », souligne M. Karim Lotfi, Senhadji, Directeur Général d’OCP Africa. L’entreprise est en effet convaincue de la nécessité d’accompagner et de former le fermier à une fertilisation raisonnée afin qu’il obtienne un rendement optimum et surtout pérenne. Cela passe donc par des projets menés sur le long terme, qui mobilisent les ressources et les talents locaux.

Focus sur : L’OCP School Lab en Côte d’Ivoire

Et parmi les initiatives développées l’OCP School Lab se démarque par son innovation.

L’OCP School Lab a deux principales composantes :

    • Une école itinérante qui propose des formations de sensibilisation des agriculteurs aux bonnes pratiques agricoles et adaptées aux cultures dominantes dans les régions où elle est implantée – par exemple, le cacao et le riz pour la Côte d’Ivoire ou le maïs pour le Kenya ;
    • Un laboratoire mobile d’analyse des sols, qui utilise les dernières technologies et permet un diagnostic de la fertilité des sols en temps réel.

L’école propose des démonstrations, des sessions de formation interactives basées sur des supports pédagogiques ludiques. Le laboratoire permet quant à lui d’aborder des aspects plus techniques tels que les besoins nutritifs des sols et la recommandation d’engrais. « Le laboratoire est doté des dernières technologies modernes comme des capteurs infrarouges moyens, MIR et techniques à Rayons X. Il permet ainsi d’établir un diagnostic de la fertilité des sols quasi instantanément », se félicite le Dr Louis Koko, Senior Agronomy Manager pour l’Afrique de l’Ouest. La formation et l’accès aux technologies sont donc deux éléments essentiels qui permettent aux fermiers d’avoir des échanges réguliers avec les ingénieurs agronomes.

Des partenariats nombreux et des résultats encourageants

Ce projet a été mené avec différents partenaires locaux et internationaux, dont les pionniers ont été le Ministère de l’Agriculture de la Côte d’Ivoire, le Conseil du Café-Cacao, l’ANADER, le CNRA, l’ONDR, le chocolatier CEMOI et l’entreprise hollandaise SoilCares. « Ce partenariat est amené à s’élargir en 2018 grâce aux accords en cours avec plusieurs grands acteurs de la chaine de valeur agricole en Côte d’Ivoire », nous assure Dr. Koko. Quant aux résultats des quatre campagnes menées en Côte d’Ivoire, l’agronome se montre optimiste : « depuis Décembre 2016, 8 000 fermiers ont été formés en Côte d’Ivoire et nous avons l’objectif d’en former 2 000 de plus d’ici la fin de l’année. »

 

Au global, avec des campagnes menées au Ghana, au Nigéria et au Kenya, ce sont près de 30 000 fermiers africains qui ont été formés grâce au School Lab. L’année 2017 se clôture d’ailleurs par une campagne pilote démarrée début décembre au Togo, avec l’objectif d’accompagner et former 2 500 fermiers.

 

Accompagnement, réflexion sur le long terme et innovation sont donc autant d’éléments qui montrent qu’OCP Africa s’engage résolument dans le dialogue et la coopération avec les fermiers africains, afin de les accompagner sur toute la chaine de valeur et ainsi permettre le développement économique durable l’agriculture africaine.

 

[1] Source: FAO, Africa Regional Overview on Food Security and Nutrition 2016 – Février 2017

 

CE CONTENU N'A PAS ÉTÉ PRODUIT PAR LA RÉDACTION DE JEUNE AFRIQUE