Jeunes diplômés

Logistique : Bolloré en opération séduction à BEM Dakar

Par  | 

La filiale transport et logistique du groupe français Bolloré a signé fin juin un partenariat avec BEM Dakar. L’objectif, pallier son manque de notoriété auprès des jeunes talents.

« Le métier du transport est mal connu et n’est pas perçu comme une activité innovante ». Voici en résumé les motivations qui ont poussé David-Alexandre Fournier, directeur des ressources humaines de Bolloré Transports & Logistics, à frapper à la porte de BEM Dakar fin juin. L’entreprise qui compte 24 000 collaborateurs en Afrique répartis dans 46 pays, veut ainsi doubler ses concurrents en allant draguer un vivier de collaborateurs potentiels encore en formation.

Stages et pré-embauches

Au contraire de certains de ses concurrents facilement identifiés par le grand public comme l’allemand DHL, la branche logistique du géant français, dont les services sont pour le moment réservés aux entreprises souffre d’un manque de notoriété et d’attractivité.

Pour pallier cette lacune, les équipes RH comptent multiplier les rendez-vous avec les étudiants à travers des conférences métiers, des ateliers RH, des événements de recrutement et l’intégration de certains étudiants en stage dès la deuxième année d’études. Leurs nombre n’est pas connu, mais au total l’entreprise affirme accueillir 20 stagiaires par an au Sénégal. Elle s’engage également à signer des pré-embauches aux profils qui l’intéresse.

>> VOIR AUSSI : [Vidéo] Les RH vous conseillent – Épisode 1

Attirer et fidéliser

« Nous couvrons trois métiers : la commission de transport, les activités portuaires et le ferroviaire. Nos métiers deviennent de plus en plus complexes et nous avons besoin par exemple de compétences dans les systèmes d’information et dans le management de la supply chain« , détaille le DRH qui ajoute vouloir trouver des cadres prêts à travailler  sur tout le continent, notamment dans la sous-région de l’ouest et en Afrique centrale où Bolloré est le plus présent.

>> LIRE AUSSI : Sénégal : les nouveaux chantiers de BEM Dakar

Pour convaincre les jeunes talents, très sollicités par les employeurs et qui ont parfois le choix, l’entreprise table sur les perspectives d’évolution et les mobilités intra-africaine : « Nos métiers sont par nature internationaux », affirme David-Alexandre Fournier. Une façon aussi de fidéliser les nouvelles recrues avant même qu’elles aient mis un pied dans l’entreprise.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte