Formation continue

Leadership : la fondation Obama finance un an de formation aux États-Unis

Par  | 

La fondation de l’ex-président des États-Unis alloue 12 bourses d’études par an pour partir suivre un programme d’un an consacré au leadership au sein des prestigieuses universités américaines de Columbia et de Chicago.

Voilà un an et demi qu’il a quitté la Maison Blanche et Barack Obama et continue de faire parler de lui. En tournée en Afrique, notamment au Kenya où il a inauguré un centre dédié à l’accès des jeunes au savoir, le 44ème président des États-Unis n’a pu s’empêcher de lancer quelques piques à son successeur lors d’un discours en d’hommage à Nelson Mandela en Afrique du Sud. Encore un oeil sur la politique, il a pourtant trouvé un nouveau cheval de bataille à travers la fondation qu’il a créé : la formation au leadership.

Inscriptions en octobre

Cet engagement se traduit principalement par le lancement d’un programme de bourses pour des formations d’un an à l’université Columbia à New York et à la Harris school of public policy de l’université de Chicago. À Columbia, la formation ne donne pas lieu à la délivrance d’un diplôme mais à la reconnaissance du suivi complet du cursus par l’université et la fondation. À l’inverse, le programme de l’université de Chicago, permet de décrocher un master of arts, soit un diplôme de deuxième cycle.

Les douze premiers bénéficiaires ont d’ores et déjà été désignés et débuteront les cours entre août et septembre prochain. Les inscriptions pour la prochaine session à Columbia auront lieu à partir d’octobre. À Chicago, les candidatures peuvent être déposées jusqu’à début novembre ou début janvier 2019.

>> LIRE AUSSI : Harvard offre jusqu’à 150 000 dollars à ses étudiants partant travailler en Afrique

Enseignements

Les deux formations fonctionnent sur le même modèle. Un tronc commun et des spécialités à choisir. À l’université de Chicago, le programme prévoit neuf cours dont cinq en tronc commun. Ils concernent l’analyse de données, la microéconomie, l’analyse politique, les politiques publiques de développement économique et politique. Les quatre cours restant sont à piocher au choix dans l’ensemble des programmes proposés par l’université américaine.

Plus largement, l’objectif pour les boursiers est de progresser sur le plan de leur leadership. Le système de cohorte leur permet à la fois de se rencontrer et d’échanger sur leurs expériences. Ils vont également bénéficier de mentorat pour le développement de leur projet, travailler en groupe sur des projets à Chicago ou New York et rencontrer des leaders de divers secteurs.

Couverture financière

À l’image d’une bourse d’étude classique, le programme couvrira financièrement les voyages en lien avec le programme, l’hébergement à New York, les frais de santé, de transport, de nourriture et tous les frais associés aux besoins académiques.

>> LIRE AUSSI : Bourses d’études : l’AUF finance 56 formations à distance

Conditions d’accès

Côté profil, la fondation Obama recherche des “leaders émergents” de toutes nationalités, c’est-à-dire des personnes engagées dans des projets au service de leur communauté, de leur région ou de leur pays. Ils doivent montrer leur volonté de retourner dans leur pays pour continuer leurs projets, être à l’aise avec l’anglais parlé et écrit dans la mesure où tous les cours sont dispensés dans cette langue. Enfin, pour décrocher une bourse de la fondation Obama il faut aussi faire preuve d’humilité, d’intégrité, d’inclusivité, d’un sens du service, de courage, d’imagination et d’une capacité à travailler en équipe.

À titre d’exemple, la tunisienne Omezzine Khelifa qui fait partie de la première cohorte de boursier estampillés Obama, est à l’origine de Mobdiun Creative Youth, une ONG qui travaille sur l’inclusion sociale des jeunes tunisiens par le sport, la culture, les arts et la technologie. En 2014 elle a fait partie des Young Global Leaders, invités au Forum Économique Mondial de Davos. De son côté, son homologue camerounais Ndansi Elvis Nukam a créé sa propre fondation Unite for Health en 2007, afin d’améliorer l’accès au soin par l’installation de petites cliniques des zones reculées de son pays.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte