Chiffres

Maroc : les profils les plus recherchés dans le secteur des services en 2017

Par  | 

Une étude publiée par la plateforme d’emploi marocaine Rekrute.com montre qu’en 2017, le secteur IT, soutenu par les activités offshore, a été friand de profils diplômés d'un bac+4 et plus. De leur côté les centres d’appel ont beaucoup recruté à niveau bac+3 et moins.

Dans le secteur des services, 2017 a été l’année des recrutements dans l’IT et les centres d’appel aux Maroc. C’est ce que souligne la plateforme de recherche d’emploi Rekrute.com qui vient de publier une étude sur plus de 120 000 annonces postées dans l’année par les employeurs sur son site.

Fonction et secteur IT

Les premiers à profiter de la conjoncture favorable de ces filières sont les diplômés d’un bac+4 ou plus, formés aux métiers de l’IT. Tous secteurs confondus, c’est également le secteur de l’informatique à le plus cherché à recruter ce type de profil. Pour preuve, 61 % des annonces publiées sur Rekrute.com en 2017 l’ont été par des entreprises du secteur informatique. Et dans l’ensemble des postes publiés, 59 % ont concerné des fonctions IT.

Centres d’appel, gros pourvoyeur d’emploi

Du côté des profils moins diplômés, les principaux recruteurs ont été les centres d’appel : ils représentent 80 % des annonces postées en 2017 sur la plateforme d’emploi.

Important pourvoyeurs d’emplois peu qualifiés, ces structures ont en priorité recherché des débutants (61 % des annonces publiées), des commerciaux, ou des spécialistes de la vente et de l’export (17 % des annonces).

>> LIRE AUSSI : Emploi : ces secteurs qui vont recruter en Afrique

Stratégie de l’offshoring

Au Maroc, la filière IT comme les centres d’appels profitent d’un secteur en croissance depuis 2003 : l’offshoring, soit l’externalisation de certains services de grandes entreprises.

Le royaume est devenu en 15 ans la première destination pour l’offshoring des entreprises francophones. D’après les chiffres de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM), 100 entreprises françaises étaient implantées en 2017 au Maroc, soit 70 % des clients du secteurs. Soutenu par le plan national d’accélération industrielle 2014-2020, la filière a prévu de générer 40 000 emplois pour un chiffre d’affaires de 16 milliards de dirhams. Trois places fortes abritent la majorité des emplois : Casablanca, Rabat et Fès.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte