Tanzanie: 8 opposants, dont 2 députés, brièvement détenus

Par AFP

Tanzanie: 8 opposants, dont 2 députés, brièvement détenus © AFP

Huit responsables et sympathisants du principal parti de l'opposition tanzanienne, parmi lesquels deux députés, ont été arrêtés et brièvement détenus cette semaine à Tarime dans le nord-ouest, pour trouble à l'ordre public, avant d'être remis en liberté, a-t-on appris mercredi auprès de leur parti.

Les députés du Chadema, Tundu Lissu et Esther Matiko, s’étaient rendus à Tarime pour participer aux obsèques des cinq civils tués lundi dans des affrontements entre la police et des centaines de villageois qui voulaient piller une mine d’or appartenant à la compagnie canadienne Barrick Gold.

Plusieurs centaines de villageois ont envahi lundi soir la mine d’or de North Mara, dans le district de Tarime, pour s’emparer de sable et de pierres aurifères, ainsi que d’autres biens, selon la police.

L’arrestation des opposants a été reconnue mercredi matin sur la télévision nationale, TBC1, par le commandant de la police à Tarime, Constantine Masawe, qui a expliqué qu?ils s?étaient servis de l’incident à la mine pour troubler l?ordre public.

Le Chadema, qui accuse la police d’avoir fait un usage excessif de la force lundi, avait décidé de « témoigner de sa solidarité aux familles éprouvées », selon Mabere Marando, membre du Comité central du parti.

Selon lui, le député Tundu Lissu a été arrêté lundi soir en compagnie de responsables locaux du parti, aux abords de l’hôpital où se trouvaient les corps tandis que Mme Matiko a été arrêtée mardi matin.

« Le député Tundu Lissu et ceux étaient avec lui viennent d’etre libérés sous caution », a indiqué mercredi à l’AFP M. Marando, ajoutant que l’autre député, Esther Matiko, a été relachée par la police le jour même de son arrestation, mardi.

« Nous allons déposer une plainte contre le gouvernement pour qu’il paie des dommages aux proches de ceux qui ont été tués et à ceux qui ont été blessés » lors des violences de lundi, a-t-il ajouté. Le Chadema estime que « les événements de Tarime sont de la responsabilité du gouvernement qui ne contrôle pas bien le secteur minier ».

La population locale accuse les exploitants de la mine à ciel à ouvert, située à environ 100 km à l’est du lac Victoria et 20 km au sud de la frontière kenyane, de polluer l?environnement. Pour l’opposition, le contrat signé avec Barrick Gold profite à certains hauts responsables insoucieux de protéger la vie de la population.

Barrick Gold Afrique, qui possède la mine de North Mara est détenue en majorité par la compagnie canadienne Barrick, numéro un mondial dans la production d’or, et cotée à la bourse de Londres.