Sécurité

Au Mozambique ensanglanté par des islamistes, la fin du ramadan a un goût amer

Des soldats mozambicains patrouillent dans les rues de Mocimboa da Praia, dans le nord du pays, le 7 mars 2018. © Adrien Barbier / AFP

Le stade de football de Pemba, dans le nord du Mozambique, s'est transformé en mosquée pour l'occasion de l'Aïd. La pelouse grillée est noire de monde, mais le temps n'est pas à la fête pour la fin du ramadan dans cette région ensanglantée par des attaques attribuées à des islamistes.

« Comment est-ce possible que des musulmans tuent d’autres musulmans en période de jeûne ? », s’interroge incrédule le cheikh Faruk Juma de Pemba.

« Ce n’est pas l’islam. On ne peut confondre l’action de certaines personnes avec l’islam », prévient-il, en dénonçant des amalgames entre les assaillants et la communauté musulmane.

Depuis fin mai, la province du Cabo Delgado, dont Pemba est la capitale, est plongée dans la terreur.

Une trentaine de civils vivant dans des villages reculés ont été tués en pleine nuit, certains décapités, et des centaines de maisons ont été pillées et brûlées dans la province. Des raids attribués à un groupe islamiste baptisé « shabab » qui a émergé en octobre dans cette région riche en ressources gazières.

« Nous appelons tous ceux qui professent cette religion de ne pas adhérer à ces événements », implore le délégué provincial du Conseil musulman de la province, Nzé Assuate.

« Ne rejoignez pas » ce mouvement, insiste-t-il. « Les musulmans doivent être pacifiques. L’islam est une religion prônant la paix. »

Sur la pelouse du stade de Pemba couverte de nattes colorées, des milliers de fidèles – des hommes, la plupart en tunique blanche avec un couvre-chef assorti – sont alignés face à La Mecque, et à un but sans filet.

‘Le temps du pardon’

Dans la foule, l’incrédulité l’emporte face aux opérations meurtrières non revendiquées.

« Dans la province, pratiquement tout le monde est musulman, en particulier ici dans les villages de la côte où ces choses ont eu lieu », explique Abdul Assane pudiquement.

« Si ces assaillants sont en colère contre d’autres, comment peuvent-ils en arriver à tuer leurs propres frères ? Ce n’est pas l’islam ! », s’indigne-t-il.

Aissa Rachide ne peut pas non plus cacher sa colère et son incompréhension. « Cette période de ramadan, c’est le temps du pardon. Chaque musulman se doit de faire plaisir à Dieu. Celui qui tue un frère à cette période ne connaît pas la doctrine de l’islam. »

Le gouverneur de la province, qui n’est pas de confession musulmane, saisit l’occasion de l’Aïd pour tenter de rassurer une communauté qui représente 17% de la population mozambicaine et se sent soudain stigmatisée.

« Restez calmes ! L’ennemi essaie de semer la confusion, mais nous sommes très clairs quant à l’intégrité de l’homme musulman », assure Júlio Parruque en prenant le micro face aux fidèles.

« Ce groupe n’appartient à aucune congrégation religieuse. Sa motivation première est de créer du désordre en se rendant coupable de crimes de haine », poursuit-il.

« Les assaillants utilisent le prétexte de la religion pour instrumentaliser les frères, les soeurs, les pères et les enfants, sans raison logique apparente, en prenant cruellement des vies, en détruisant des propriétés, et pillant les biens de notre population laborieuse », ajoute-t-il.

Ils visent à « contrer les efforts du président Filipe (Nyusi) pour une paix durable dans notre pays », prévient-il, alors que le Mozambique se relève péniblement d’une guerre civile meurtrière de 1976 à 1992.

Et le gouverneur d’appeler, devant la foule, à la collaboration de tous, via « la surveillance et la dénonciation », pour venir à bout des assaillants.

Fermer

Je me connecte