L’Afrique générera bientôt plus de déchets « électroniques » que l’Europe

Par AFP

L'Afrique générera bientôt plus de déchets "électroniques" que l'Europe © AFP

L'Afrique devrait générer davantage de déchets dits électroniques que l'Europe à partir de 2017, en raison de sa consommation "exponentielle" d'ordinateurs et, plus encore de téléphones portables, ont prévenu des experts jeudi à Nairobi.

« Une étude nous indique que l’Afrique produira plus de déchets électroniques que l’Europe en 2017 », a déclaré à la presse Katharina Kummer Peiry, secrétaire exécutive de la Convention de Bâle de 1989 sur le contrôle des mouvements transfrontaliers des déchets dangereux et leur élimination.

« Au rythme où vont les choses (. . . ) en 2017 nous serons confrontés à une énorme quantité de déchets électroniques, davantage même qu’en Europe », a renchéri Miranda Amachree, de l’Agence nationale du Nigeria chargée de l’application des normes et règles en matière d’environnement.

Ces experts s’exprimaient à l’occasion d’un colloque, au siège du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) à Nairobi, sur le défi croissant que pose à l’Afrique la gestion des déchets électroniques, une définition qui inclut également les télévisions, refrigérateurs, etc.

Si l’Afrique est déjà confrontée à la gestion de milliers de tonnes de ces déchets exportés par l’Europe, elle devra aussi gérer de plus en plus gérer sa propre consommation en augmentation en la matière.

A l’origine de ce phénomène, « il y a la croissance démographique (. . . ) et le taux de pénétration. De plus en plus de personnes ont accès à ces produits » en Afrique, qui a désormais dépassé le seuil du milliard d’habitants, a relevé Mme Kummer Peiry.

« Il faut garder à l’esprit les efforts entrepris à tous les niveaux pour accroître l’accès (notamment aux équipements de communication électronique), cela fait partie du développement », a ajouté cette spécialiste, qualifiant la progression en la matière d' »exponentielle » en Afrique.

Le Kenya, à titre d’exemple, exonère de droits de douane à l’importation les équipements liés aux technologies de l’information depuis 2008, afin de favoriser leur pénétration dans le pays, un exemple suivi notamment par la Zambie l’an dernier.

« L’utilisation d’équipements électriques et électroniques, et en particulier d’outils d’information et de télécommunication, demeure bas en Afrique en comparaison à d’autres régions du monde, mais elle augmente de façon spectaculaire », note un rapport du programme Afrique de la mise en oeuvre de la convention de Bâle rendu public le mois dernier.

« Le taux de pénétration d’ordinateurs personnels a été multiplié par dix au cours de la décennie écoulée, et le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile par cent », selon ce rapport.

L’Afrique, où le recyclage de ces équipements demeure largement informel, « doit évoluer vers un recyclage plus encadré pour s’assurer que les métaux précieux sont extraits comme il se doit, par exemple, des téléphones portables », a souligné Mme Kummer Peiry.

Car ce qui est un problème potentiel peut être transformé en chance de développement économique, a souligné pour sa part Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE.

« A partir d’une tonne de téléphones cellulaires, une fois retirées les batteries, vous pouvez extraire 3,5 kg d’argent, 340 grammes d’or, 140 grammes de palladium et 130 kg de cuivre », a-t-il précisé à la presse.

De plus, fondre des métaux recyclés « requiert trois à quatre fois moins d’énergie que de fondre des métaux à l’état naturel », a-t-il ajouté. M. Steiner a cependant reconnu qu’un transfert des technologies appropriées vers l’Afrique était un préalable à un meilleur recyclage sur ce continent.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici