Après le second tour de la présidentielle, le dépouillement a commencé en Sierra Leone

Par AFP

Bureau de vote à Freetown, lors du 1er tour de la présidentielle, le 7 mars 2018. © Kabba Kargbo/AP/SIPA

Les bureaux de vote ont fermé et le dépouillement a commencé samedi en Sierra Leone, où plus de 3,1 millions d'électeurs devaient choisir pour diriger le pays entre l'héritier du chef de l'État sortant et le candidat du principal parti d'opposition, arrivé de peu en tête au premier tour.

Dans plusieurs bureaux de la capitale, Freetown, les bureaux, ouverts depuis 7 h (GMT et locales) ont fermé comme prévu à 17 h et le dépouillement a immédiatement commencé, en présence d’observateurs nationaux et internationaux et de représentants des deux partis concurrents.

Les résultats sont attendus en début de semaine prochaine, alors que la campagne a été marquée par des violences sporadiques entre partisans de la majorité et de l’opposition.

Après dix ans au pouvoir, le chef de l’État de ce pays anglophone et pauvre d’Afrique de l’Ouest, Ernest Bai Koroma, n’avait plus le droit de se représenter.

Duel serré

Au premier tour, le 7 mars, le candidat du principal parti de l’opposition, le SLPP, l’ancien militaire Julius Maada Bio, avait remporté 43,3 % des suffrages, soit une avance de 15 000 voix sur Samura Kamara, homme lige du président Koroma et candidat de l’APC, le parti au pouvoir, qui avait remporté 42,7 % des suffrages.

« Le duel est trop serré pour dire qui va l’emporter », expliquait à la veille du scrutin l’analyste politique Edmond Abu.

Les deux partis peuvent en principe compter sur le soutien de leurs fiefs respectifs, dans un pays où les affiliations politiques coïncident souvent avec l?appartenance ethnique et régionale. La victoire pourrait dès lors se jouer à Freetown, à la population plus diversifiée, et dans le district diamantifère de Kono, dans l’est du pays, traditionnellement considéré comme un « swing state », selon M. Abu.

Vote contestataire

« Il devrait y avoir un nombre assez surprenant de voix pour le SLPP à Kono et à Freetown », abonde le directeur de l’Institute for Governance Reform, Andrew Lavalie, en soulignant le poids croissant du « vote contestataire ».

La participation, qui avait atteint des sommets au premier tour (plus de 84 %), a « d’abord été faible dans certains bureaux, mais elle s’est progressivement améliorée », indique un rapport provisoire d’un réseau d’observateurs soutenu par USAid, l’agence américaine d’aide au développement.

L’Union européenne, l’Union africaine, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et le Commonwealth ont également déployé des observateurs aux quatre coins de ce pays de 7 millions d’habitants.

Déploiement massif des forces de l’ordre

Pendant la journée, des électeurs ont contesté la présence de nombreux militaires et policiers armés aux abords des bureaux de vote lors d’échanges tendus avec les forces de l’ordre, selon des correspondants de l’AFP.

« Je suis effrayé par tous ces hommes armés autour des centres de vote », a confié Mohamed Sesay, une jeune homme de 19 ans qui votait pour la première fois.

M. Bio a assuré après avoir déposé son bulletin que ce déploiement massif pouvait être tenu pour responsable de la participation « décevante » au second tour. Il a toutefois jugé que le vote se déroulait jusque-là de manière « juste, transparente et crédible ».

Changement ou continuité ?

Âgé de 53 ans, M. Bio, un ancien militaire, tente un retour au pouvoir, qu’il a brièvement exercé il y a vingt-deux ans à la suite d’un coup d’Etat avant de le remettre aux civils. Après avoir ensuite étudié aux États-Unis, il s’était lancé en politique. Battu en 2012 par M. Koroma, il espère cette fois sa revanche.

Peu populaire au sein de son propre parti, son adversaire, Samura Kamara, 66 ans, peut toutefois compter sur le soutien du président sortant, Ernest Bai Koroma, qui l’a personnellement choisi comme figure de proue de l’APC.

Gravitant depuis trente ans dans les sphères du pouvoir et dans les organisations internationales, il reste pourtant un quasi-inconnu pour le grand public. Pendant la campagne, il a promis que, s’il était élu, l’APC « ferait plus dans les domaines des routes, de l’électricité, de la santé et de l’éducation ».

Économie fragile

« Nous savons qu’il y a des infrastructures qui sont construites, mais au niveau du développement humain, c’est zéro », a regretté un électeur de Freetown, visiblement déçu par l’administration sortante, Lansana Idrissa Daramy.

Celle-ci a réussi à attirer les investisseurs pour reconstruire le pays, dévasté par la guerre civile (1991-2002) qui a fait quelque 120 000 morts, l’économie reste fragile après les chocs de l’épidémie d’Ebola en 2014-2016 et de la chute des cours mondiaux des matières premières.

Le second tour, entre les deux partis qui se succèdent au pouvoir depuis l’indépendance de 1961, était à l’origine programmé pour le 27 mars mais a été retardé de quatre jours par un recours en justice de dernière minute.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici